viernes, 23 de marzo de 2018

Bizarro Eugenics of the Bee Women

"I am the specialist in applied biology", the dwarf began in a very simple manner. "I have been asked to come and tell you something about the origin of life in our race. Applied biology, let me say, however, is very important to the national existence; for if any of us failed in our work of studying cells, their growth and deterioration, then the battle we have won against nature would be lost again, and the national life would slowly come to an end. The matter of replacements of worn tissue is very vital to the prolongation of our racial existence.
"A great many centuries ago, perhaps nearly forty thousand years, the then Directing Intelligence made the observation that not all women were satisfactory as sources of propagation. Some were sterile, others who were fertile and intelligent did not care to go through the ordeal of childbirth. In fact, the more intelligent our women were at that time, the fewer children they had, and, of course, as our aim was a constantly growing intelligence, we felt that we could not trust the future of the race in the hands of the children of the ignorant. At the present time I understand you Middle-Men are facing these very problems.
"In order to secure a propre viewpoint we began to study biologic problems and their solution through the older forms of life; the termite, and, the bee and cockroach. We felt that, as their existence antedated ours by so many hundreds of thousands of years, they might have learned the solutions to the problems that confronted us. From a study of them, therefore, we evolved a scheme of perpetuating life that has become very satisfactory in every way.
"Each year we select from a group of five hundred mature young females twenty-five of special intelligence and other high hereditary qualities. These occupy the same relation to our biologic life that the queen bee holds in the hive. The skill of many generations of specialists in embryology, surgery and internal secretions has made our queens able to generate one egg a day, which is at once removed and placed in an incubator. These incubators are stationed on a carrying belt, which moves in an endless circle through our specially-heated and lighted nurseries. Over twenty thousand filled incubators, holding units in every stage of development are constantly passing along through the testing and sorting rooms. For the actual care, the feeding and the nursing, we have specially built machines.
"The final sorting is done by my pupil and myself. On us devolves the responsibility of removing those that show signs of being unfit; so that the standards of the nation will be constantly improved. When the sex is determined, most of the females are discarded. After birth, all the infant units are examined by our specialist in psychology and about half of those are disposed of. As the empty incubators are at once sterilized and prepared for more eggs, we have, in spite of the large percent of discards, an abundance of material for training purposes. The females are kept in their own cavern and are taken out only when they are discarded or to be placed in the queen´s cave, which is adjacent to the incubator and nursery houses.
"As you have perhaps observed, for propagation we follow the efficient method of so many of the lower forms of life. However, our sexlessness is more apparent than real; a sexless person, by special feeding and glandular medication, can be made into an efficient male in ten years. The only male who retains his sexual power is the Directing Intelligence. He is the father of all of us.
"The queens are watched carefully, and as soon as there is the slightest sign of deterioration in one she is discarded. By our system of inbreeding we have continued to raise the level of our mental life.
(..) At present we only have fifty queens there. Our supply of intelligent females has not been very satisfactory lately. For two hundred years we have had difficulty in obtaining females of the best grade. They have no function except the production of ova. Their bodies are very small and their heads also are smaller than ours.
"Here we have a section of the incubator room. My assistant is at work, sorting out the weaklings and the surplus females. He is a very brilliant and tireless worker and already his judgment in regard to immature units is slightly better than mine is. You notice that the holds a lever in his right hand and carefully examines each immaturity as it slowly  passes before him on the endless belt. When he finds a discard, he presses that lever, the incubator is taken off the belt, the contents discarded, the incubators sterilized and made ready for another egg.
"See! He has discarded one, a potential female. Now the incubator leaves the belt. It is taken to another belt by a machine worker, a door is opened and it is emptied by means of a vacuum cleaner into a tunnel which ends in a pit similar to the one you saw used so efficiently today.
(..) Of course, you understand that the disposal pits we use at the present time are simply the homes of different races of animals that have disappeared from the surface of the earth. We felt that science demanded that these animals and reptiles be preserved; so, we dug these enormous  holes and are using them for game preserves. But they had to be fed; so, we fed them with the discards of our nation, and when these were not sufficient we would throw down thousands of Middle-Men. We tried feeding the beasts synthetic food, but they did not thrive; and we were rather concerned until we found that in our own discards we had a nearly sufficient amount of fresh meat for them. I believe though, that they prefer the bodies of Middle-Men to our discards. Perhaps the blood and taste is different.
"But just as soon as a growing unit, I believe you would call it a baby, is discarded, it is put into an inclined tunnel and shot down into a pit. Thus, nothing, not even our immaturities, is wasted..."

D. H. Keller, The Conquerors (1929-1930)

jueves, 22 de marzo de 2018

Les hommes-ânes de Restif de la Bretonne

[Voici le commentaire de Rétif concernant l’illustration de cet épisode :
« 15e estampe : Un jeune homme-âne exprimant sa tendresse à une jeune personne de son espèce. Ils sont vus par Hermantin. Le galant dit à sa maîtresse : « Hhîh hhouh ; hhânh, hhânh » ! »]

«Après avoir déposé les deux nouveaux Élèves, Alexandre, Hermantin & Dagobert repartirent pour continuer leurs decouverte. Ils trouvèrent bientôt une île nouvelle, sous la même latitude que l’île chevale, mais beaucoup moins favorisée de la nature : les chardons y croissaient sur un sol aride ; il y avait aussi une sorte de vigne, qui portait de fort petits raisins. On pouvait à peine la traverser, à cause des plantes sarmenteuses qui embarrassaient les endroits maigres. Tandis que les trois volants examinaient cette nouvelle terre, ils entendirent à quelques pas d’eux une conversation tout à fait originale. Je ne vous en rapporterai que le commencement : les traits  – marqueront le changement d´interlocuteur.  –Hhîhhhouh ; hhânh, hhânhh ! –Hhinnh ! hhouih ! hhânh-hhîh. –Hrrhh ! hhîh hhôuh hhîh hhouih hhouhîmh hhâimhh ! hhi ! hihinnhinh-hhîh !, etc. Hermantin, fut curieux de voir les personnages qui parlaient ce langage agreste et peu poli. Un coup de parasol l’éleva de dix pieds ; il plana sur les buissons et vit, derrière un hallier de ceps et de ronces, deux êtres, dont l’un parlait à l’autre un langage encore plus éloquent. La jeune femelle, dont le figure tenait de l’ânesse et de la femme, cueillait des chardons fort tendres, qu’elle mêlait avec des jets nouveaux de vigne sauvage ; tandis que le jeune homme-âne, son amant, employait pour la déterminer à le satisfaire le double langage dont j’ai parlé. La jeune Amante, sans quitter son occupation, écoutait et regardait en souriant. Je suis en état de vous traduire la harange de sir Aliboron: -Hhîh hhouh; hhânh, hhánh! (Je te desire; laisse, laisse!) -Hhinnh! hhouih! hhânh-hhíh (Eh-non! finis!" laisse-moi). -Hhrrhh! hhîh hhônh hhîh hhouih hhouhîmh hhâimhh! hhi! hihinnhinh-hhîh (Ah! je vais bien te faire m´écouter! alons-vite! souffre-moi!) Telle est la fine galanterie dans l´Ile-asine et je ne vois pas qu´elle vaille moins quáilleurs.

Des paroles, cet amant pressant allait sans doute aller aux effets-car il était fort ardent- et sa maîtresse souriait, lorsque celle-ci, comme toutes les femmes en cas pareil jeta un coup d’oeil pour être sûre qu’elle n’était point vue. Elle aperçut le jeune Hermantin, qui regardait par-dessus les arbustes*. Effrayée, elle fit un bond, une pétarade, et s’enfuit. Le jeune homme-âne, plus courageux, resta, les yeux fixés sur le gros oiseaux. Hermantin lui fit des signes et se mit à braire de son mieux. Ce qui fit sourire l’homme-âne, apparemment parce qu’Hermantin écorchait la langue, au lieu de la parler. En même temps Alexandre et son neveu Dagobert s’approchèrent ; ils saisirent le jeune homme-âne, tandis qu’il était occupé d’Hermantin, mais ils ne le retinrent que pour lui faire de bons traitements. Tandis qu’ils le tenaient, son amante revint timidement, et elle regarda entre les branches des arbrisseaux. Hermantin qui l’aperçut, l’alla surprendre, et malgré ses efforts pour s’échapper, il l’amena auprès de son amant. Là, on les caressa tous deux ; on leur donna du pain-de-froment & des châtaignes, qu'ils parurent aimer passionnément : car la Jeune-fille ayant d'aboid refusé de toucher au pain, elle ne sentit pas plutôt la châtaigne, qu'elle se jeta dessus , en mangea autant qu'on lui en voulut donner, & resta volontiers. Alexandre crut devoir fairetransporter cette nouvelle Espèce à l'Ile-Christine ; il les y envoya par son Fils & son Neveu, voulant rester dans l'Ile-asine, pour en examiner les finguliers Habitans. Il n'eut pas la peine de les chercher. Lorsque les deux Jeunes-gens qu'il fesait enlever, se sertirent emportés, ils firent un braiement si fort, que toute l'Ile en retentit. | Aussitôt les Hommes-ânes accoururent de-toutes-parts, pour savoir ce que c'était. Ils ne trouvèrent plus leurs deux Compatriotes, mais ils apperçurent avec étonnement Alexandre qui leur fit des signes d´amitié. Ils s´approchèrent de lui assez stupidement, mais comme il avait peu de provisions, il se contenta de leur offrir, en signe de bonne-intelligence, des bouts de farmens encore tendres et des coeurs-de-chardon qu´ils mangèrent. Il ne lui falut pas davantage pour acquerir leur familiarité. Du reste, ils étaient lents, opiniâtres et durant les deux jours qu´il passa avec eux, en attendant ses compagnons, il n´eut lie  d´être content que de la jeunesse qui paraissait assez vive. Les hommes et les femmes-ânes étaient fort sobres, ils ne s´amusaient pas à des jeux, comme les hommes-chevaux, les deux sexes ná vaient qu´un penchant, celui de l´amour: mais aussi celui-là étiait si puissant en eux, qu´il valait tous les autres: Hommes, Femmes, Jeunes-gens, tout ne respirait que la volupté ; tous la cherchaient avec empressement , & s´y livraient presque sans mesure, après l'avoir trouvée. Il paraît que toute l'espèce vivait en communauté, & que les Femelles elles-mêmes caressaient indifféremment tous les enfants. Alexandre restait quelquefois plusieurs heures en contemplation et ne pouvait s´empêcher de se dire sans cesse: -Mais ils sont heureux dans leur brutitude, ces bons HOmmes-ânes! ils sentent vivement, ils jouissent avec transport, ils trouvent facilement l´Objet de leur désir: que faut-il de plus, pour être heureux! hélas! que leur donnerions-nous, quand nous parviendrions à les élever à notre degré d´intelligence et de raison! Ne serait-ce pas une perte réelle pour seux, s´ils prenaient en même temps nos inquiétudes, nos passions intéressées et basses, notre fatale science du bien et du mal, et la connaissance de la mort! Ah! que faisons-nous! Ce fut ainsi que relféchissait le prudent et sensible Alexandre, pendant les deux jours qu´il resta seul dans l´Ile-asine. Il trouva cependant, après un mûr examen, que ces Hommes-ânes pouvaient être utiles, non à faire des Académiciens, mais de vigoureus Portefaix : cette idée n'eut pas d'exécution, parce-que tôt ou tard, elle aurait plongé ces Malheureus dans l'esclavage. Les deux jeunes Volans ses compagnons, revinrent le soir du second jour, & il se trouva qu'Hermantin avait tenu en route à son cousin Dagobert des discours du même genre que les réflexions de son Père. Vous verrez dans peu, que c'était aussi le sentiment d'un Peuple de Sages, que les jeunes Princes doivent aler visiter..."

Restif de la Bretonne, La Découverte australe par un homme volant, ou Le Dédale français (1781)

jueves, 26 de octubre de 2017

Injures automobiles

Ce n'est certes pas par hasard si l'automobilisme est devenu le champ d'expansion de l'injure, où fleurissent l'invective, le sarcasme, le défi, la goujaterie et souvent la haine qui va quelquefois jusqu'au meurtre. Innombrables sont les ennuis et les frustrations qu'elle nous ménage : encombrements, embouteillages, stationnements, feux rouges obstinés, limitations de vitesse, contraventions, pannes intempestives, réparations ruineuses, traites insolvables et l'essence dont le prix ne cesse d'augmenter. Toutes ces avanies sont la source d'un perpétuel conflit et affrontement avec l'Autre.

C'est l'autre automobile qui nous a fauché le parking, qui nous a fait une queue de poisson, qui nous a refusé la priorité ou le passage, qui nous double avec arrogance, etc., et le piéton ? Mais la vraie raison, la véritable source de toutes ces invectives c'est que l'automobile est plus qu'un objet : c'est à la fois un symbole social et une expansion démesurée de notre puissance. Sa taille, sa cylindrée, sa décoration, son origine sont la marque de notre propre puissance ; et, dans les pays sous-développés - que je ne nommerai pas - la possession d'une automobile, comme autrefois celle d'un cheval, constitue l'accès à une sorte de chevalerie qui vous met au-dessus de la piétaille qu'on écrase, qu'on éclabousse, qu'on intimide, qu'on affole en lui refusant toute priorité à moins d'un feu rouge impératif. C'est que l'automobile - comme le dit Mac Luhan - est une extension de notre corps. Grâce à elle nous allons plus vite, plus loin, nous transportons des charges plus lourdes, nous étendons les limites de nos pouvoirs et de nos libertés et cela en dépit de toutes nos faiblesses physiques, intellectuelles ou sociales. La conduite d'une automobile est donc une extension de notre volonté de puissance. Sa puissance est notre puissance et tout ce qui limite ou défie sa vitesse, sa liberté d'action, est un obstacle et un défi à notre
propre puissance qui déclenche en nous un réflexe d'hostilité. Les constructeurs exploitent largement ce symbole latent, qui nous conseillent de « mettre un tigre dans notre moteur». Les noms qu'ils donnent à leurs modèles - au moins en Amérique - sont à cet égard exemplaires. Ils sont de deux grands types selon qu'ils connotent le statut social ou l'agressivité du véhicule.

Dans la première catégorie on trouve des noms comme: Ambassade, Malibu (une plage chic de Los Angeles), Monte Carlo, etc. Dans la seconde : des noms d'animaux sauvages : Jaguar, Cougar, Barracuda, Mustang, etc., ou des noms d'armes : Dart, Javelin, Sabre, etc. Symboles d'agression dont la fonction évidente est de flatter l'agressivité du propriétaire. Ce n'est donc pas un hasard si l'automobile
polarise l'injure et constitue à la fois sa source la plus féconde et son champ d'expansion le plus actif.
Symbole de notre statut social et de notre volonté de puissance elle déclenche, chaque fois qu'elle est mise en question par l'Autre, un réflexe de dévalorisation et de dépréciation qui trouve son expression naturelle dans le gros mot et l'injure.

Quant à ces derniers - répétons-le pour conclure -, il faut se garder d'y voir un simple goût, plus ou moins dépravé ou une obsession plus ou moins puérile pour le sexe et l'ordure. Ces images constituent les formes sémiques élémentaires d'un système de conceptualisation et d'expression de la valeur. Système dont la « grossièreté» n'est qu'une partie et qui n'est lui-même qu'une partie d'une structure plus vaste, constituée par l' « image du corps» qui donne leur forme et leur nom à tous nos concepts.

Pierre Guiraud, Les Gros mots, PUF, « Que sais-je ? », 1975

martes, 24 de octubre de 2017

Céline répond au questionnaire de Proust


« Monsieur Céline, je voudrais d’abord vous poser quelques questions qui font partie du fameux questionnaire de Marcel Proust […]. Quel est pour vous le comble de la misère ?
— Être en prison… en réclusion particulièrement.
Où aimeriez-vous vivre ?
— Ici…
Votre idéal du bonheur terrestre ?
— Crever sans douleur… sans s’en apercevoir… une agonie douce, quoi !…
Pour quelles fautes avez-vous le plus d’indulgence?
— L’homme n’est qu’une faute… Il est loupé !… Faut en prendre son parti… le tolérer comme il est pas perfectible !…
Quels sont les héros de roman que vous préférez ?
—Dans La Tempête… dans Shakespeare… Prospero… Don Quichotte…
Quel est votre personnage historique favori ?
— Ouais… j’en ai pas beaucoup… peut-être Voltaire… dans une certaine mesure… pour son intelligence…
Vos héroïnes favorites dans la vie réelle ?
— Cela dépend… pas besoin d’héroïnes !… Quand on est jeune, d’accord ! c’est variable avec l’âge… quand on est jeune c’est bien… une jolie femme… pour qu’on l’enfile…
Vos héroïnes dans la fiction ?
— Quelques danseuses… quelques poétesses… Christine de Pisan… Louise Labbé… Les hommes : des affreux bipèdes… mon Dieu !…
Votre peintre favori ?
— J’en ai pas… j’suis pas sensible à la peinture… nul !
Votre qualité préférée chez l’homme ?
— Il n’y en a pas !… inutile… un singe… un “hominien”… L’homme ça n’existe pas… fiction d’homme !… c’est abominablement raté… aucune vertu… aucune qualité… nom de Dieu !… Homo faber… juste bon à fabriquer des trucs pour aller dans la Lune… le matérialisme, quoi… instinct maternel… la reproduction domine !… Ils prétendent être des hommes… ouais… espèce de singe malfaisant… lubrique… un “hominien”… oui, mon petit… un “hominien”… “Ecce homo”… j’t’en fous !… nihil homo… voilà !…
Quel serait votre plus grand malheur ?
— Un cancer mal placé… précisément de la gorge… Ah ! ça alors… 35 ans de médecine… c’est moche… Merde alors !…
Ce que vous voudriez être ?
— Inconnu et riche ! Ah ! zut… c’est tout… c’est brutal…
À propos de votre art…
— Ah ! j’ai pas de facilités… Ah ! non… J’fais beaucoup de brouillons…
Que pensez-vous de cette phrase de Julien Green : “Il m’importe ni d’écrire ni d’être lu, mais d’avoir quelque chose à écrire qui en valût la peine” ?
— C’est bien bafouilleur, bien prétentieux…
Votre rêve de bonheur ?
— Que j’sois riche, que je publie plus, qu’on m’oublie… C’est chinois, ici.
Votre principal défaut ?
— Je m’en vois pas… non… je ne m’occupe pas des gens… Boire ? jouer aux cartes ? j’ai pas tout ça !… Jamais de vacances… pas de péchés capitaux !…
Le principal trait de votre caractère ?

— Autrefois le dévouement. Maintenant ?… qu’on me foute la paix !… retirement… me suis endetté pour des cochons, là !!! M’en fous… il faut que je besogne pour l’éditeur… Oui, merde… faut huit, neuf millions…
Ce que vous appréciez le plus chez vos amis ?
— J’en ai pas !… en prison, en cellule, j’ai fait la preuve de l’amitié, moi !… des voleurs, des assassins… Quand César est mis hors la loi, il rencontre plus que des assassins !…
Ce que vous détestez par-dessus tout ?
— Le bruit…
Caractères historiques que vous méprisez le plus ?
— Pas plus les uns que les autres… les hommes… “hominiens”… Tous (très vite, avec une sorte de rage frénétique), hominiens… hominiens… hominiens !!!… C’est un cirque romain… quoi… de la vivisection… des combats de gladiateurs… L’homme est comme ça… a ça dans le trognon…
Le fait militaire que vous admirez le plus ?
— Aucun…
Comment aimeriez-vous mourir ?
— Le moins douloureusement possible… moi, 35 ans d’agonie… La bascule sans douleur…
La couleur que vous préférez ?
— Le vert, c’est reposant…
La fleur que vous aimez ?
— Toutes bien, ces petites…
L’oiseau que vous préférez ?
— Le perroquet… Il est drôle… Il se donne du mal pour nous…
Vos auteurs favoris en prose ?
— Ramuz, Morand, Rabelais, La Fontaine…
Vos poètes préférés ?
— On n’ose pas les nommer… ils sont trop prostitués par la radio, la publicité, le commerce…
Vos héros dans la vie réelle ?
— J’en ai pas… merde, merde, alors !… Schweitzer, un farceur… L’abbé Pierre… aussi !… c’est dégueulasse… de la prostitution, mon p’tit…
Vos héroïnes dans l’histoire ?
— Des bêtises… des questions de gonzesse… L’art est rongé par la charlatanerie.
Quelle est votre devise ?
— “Se taire” !… J’ai le regret d’avoir parlé… »
À ce moment, Louis-Ferdinand Céline se tait… Je sens qu’il en a eu assez de mes questions idiotes. Moi aussi, d’ailleurs…
Et alors, pathétiquement…

E. Brami, Céline à rebours

lunes, 10 de julio de 2017

Amarmylaidie Moon and soddieflays

 Alec Speaking

He is putting it lithely when he says,
Quobble in the Grass,
Strab he down his soddieflays
Amo amat amass;
Amonk amink a minibus,
Amarmylaidie Moon,
Amikky mendip multiplus
Amighty midgey spoon.
And so I traddled onward
Careing not a care
Onward, Onward, Onward,
Onward, my friends to  victory and glory for the thirtyninth

John Lennon, In his own write (1964) 

domingo, 9 de julio de 2017

La Fin des livres (telle qu´annoncée en 1895)

Si par livres vous entendez parler de nos innombrables cahiers de papier imprimé, ployé, cousu, broché sous une couverture annonçant le titre de l’ouvrage, je vous avouerai franchement que je ne crois point – et que les progrès de l’électricité et de la mécanique moderne m’interdisent de croire – que l’invention de Gutenberg puisse ne pas tomber plus ou moins prochainement en désuétude comme interprète de nos productions intellectuelles.
                L’imprimerie que Rivarol appelait si judicieusement « l’artillerie de la pensée » et dont Luther disait qu’elle est le dernier et le suprême don par lequel Dieu avance les choses de l’Évangile, l’imprimerie qui a changé le sort de l’Europe et qui, surtout depuis deux siècles, gouverne l’opinion, par le livre, la brochure et le journal ; l’imprimerie qui, à dater de 1436, régna si despotiquement sur nos esprits, me semble menacée de mort, à mon avis, par les divers enregistreurs du son qui ont été récemment découverts et qui peu à peu vont largement se perfectionner.
                […] Je me base sur cette constatation indéniable que l’homme de loisir repousse chaque jour davantage la fatigue et qu’il recherche avidement ce qu’il appelle le confortable, c’est-à-dire toutes les occasions de ménager autant que possible la dépense et le jeu de ses organes. […] Je crois donc au succès de tout ce qui flattera et entretiendra la paresse et l’égoïsme de l’homme ; l’ascenseur a tué les ascensions dans les maisons ; le phonographe détruira probablement l’imprimerie. Nos yeux sont faits pour voir et refléter les beautés de la nature et non pas pour s’user à la lecture des textes ; il y a trop longtemps qu’on en abuse, et il n’est pas besoin d’être un savant ophtalmologiste pour connaître la série des maladies qui accablent notre vision et nous astreignent à emprunter les artifices de la science optique.
                Nos oreilles, au contraire, sont moins souvent mises à contribution ; elles s’ouvrent à tous les bruits de la vie, mais nos tympans demeurent moins irrités ; nous ne donnons pas une excessive hospitalité dans ces golfes ouverts sur les sphères de notre intelligence, et il me plaît d’imaginer qu’on découvrira bientôt la nécessité de décharger nos yeux pour charger davantage nos oreilles. Ce sera une équitable compensation apportée dans notre économie physique générale.
                […] Il y aura des cylindres inscripteurs légers comme des porte-plumes en celluloïd, qui contiendront cinq et six cents mots et qui fonctionneront sur des axes très ténus qui tiendront dans la poche ; toutes les vibrations de la voix y seront reproduites ; on obtiendra la perfection des appareils comme on obtient la précision des montres les plus petites et les plus bijoux ; quant à l’électricité, on la trouvera souvent sur l’individu même, et chacun actionnera avec facilité par son propre courant fluidique, ingénieusement capté et canalisé, les appareils de poche, de tour de cou ou de bandoulière qui tiendront dans un simple tube semblable à un étui de lorgnette.
                Pour le livre, ou disons mieux, car alors les livres auront vécu, pour le novel ou storyographe, l’auteur deviendra son propre éditeur […]. On ne nommera plus, en ce temps assez proche, les hommes de lettres des écrivains, mais plutôt des narrateurs ; le goût du style et des phrases pompeusement parées se perdra peu à peu, mais l’art de la diction prendra des proportions invraisemblables ; il y aura des narrateurs très recherchés pour l’adresse, la sympathie communicative, la chaleur vibrante, la parfaite correction et la ponctuation de leurs voix.
                […] Les bibliothèques deviendront les phonographothèques ou bien les clichéothèques. Elles contiendront sur des étages de petits casiers successifs, les cylindres bien étiquetés des œuvres des génies de l’humanité. […]
                Les auditeurs ne regretteront plus le temps où on les nommait lecteurs ; leur vue reposée, leur visage rafraîchi, leur nonchalance heureuse indiqueront tous les bienfaits d’une vie contemplative.
                Étendus sur des sophas ou bercés sur des rocking-chairs, ils jouiront, silencieux, des merveilleuses aventures dont des tubes flexibles apporteront le récit dans leurs oreilles dilatées par la curiosité.
                Soit à la maison, soit à la promenade, en parcourant pédestrement les sites les plus remarquables et pittoresques, les heureux auditeurs éprouveront le plaisir ineffable de concilier l’hygiène et l’instruction, d’exercer en même temps leurs muscles et de nourrir leur intelligence, car il se fabriquera des phono-opéragraphes de poche, utiles pendant l’excursion dans les montagnes des Alpes ou à travers les cañons du Colorado.
                […] À tous les carrefours des villes, des petits édifices s’élèveront autour desquels pendront, à l’usage des passants studieux, des tuyaux d’audition correspondant à des œuvres faciles à mettre en action par la seule pression sur un bouton indicateur. – D’autre part, des sortes d’automatic libraries, mues par le déclenchement opéré par le poids d’un penny jeté dans une ouverture, donneront pour cette faible somme les œuvres de Dickens, de Dumas père ou de Longfellow, contenues sur de longs rouleaux faits pour être actionnés à domicile.
                […] Moyennant quatre ou cinq cents par heure, les petites bourses, avouez-le, ne seront pas ruinées et l’auteur vagabond encaissera des droits relativement importants par la multiplicité des auditions fournies à chaque maison d’un même quartier.
                Est-ce tout ?… non pas encore, le phonographisme futur s’offrira à nos petits-fils dans toutes les circonstances de la vie ; chaque table de restaurant sera munie de son répertoire d’œuvres phonographiées, de même les voitures publiques, les salles d’attente, les cabinets des steamers, les halls et les chambres d’hôtel posséderont des phonographotèques à l’usage des passagers. Les chemins de fer remplaceront les parloir-cars par des sortes de Pullman circulating Libraries qui feront oublier aux voyageurs les distances parcourues, tout en laissant à leurs regards la possibilité d’admirer les paysages des pays traversés.
                Je ne saurais entrer dans les détails techniques sur le fonctionnement de ces nouveaux interprètes de la pensée humaine sur ces multiplicateurs de la parole ; mais soyez sûr que le livre sera abandonné par tous les habitants du globe et que l’imprimerie cessera absolument d’avoir cours, en dehors des services qu’elle pourra rendre encore au commerce et aux relations privées, et qui sait si la machine à écrire, alors très développée, ne suffira pas à tous les besoins.
                […] Il y aura dans tous les offices de journaux des halls énormes, des spoking-halls où les rédacteurs enregistreront à haute voix les nouvelles reçues ; les dépêches arrivées téléphoniquement se trouveront immédiatement inscrites par un ingénieux appareil établi dans le récepteur de l’acoustique. Les cylindres obtenus seront clichés à grand nombre et mis à la poste en petites boîtes avant trois heures du matin, à moins que, par suite d’une entente avec la compagnie des téléphones, l’audition du journal ne puisse être portée à domicile par les fils particuliers des abonnés, ainsi que cela se pratique déjà pour les théâtrophones.
                […] Vous ignorez peut-être la grande découverte de demain, celle qui bientôt nous stupéfiera. Je veux parler du kinétographe de Thomas Edison, dont j’ai pu voir les premiers essais à Orange-Park dans une récente visite faite au grand électricien près de New-Jersey.
                Le kinétographe enregistrera le mouvement de l’homme et le reproduira exactement comme le phonographe enregistre et reproduit sa voix. D’ici cinq ou six ans, vous apprécierez cette merveille basée sur la composition des gestes par la photographie instantanée ; le kinétographe sera donc l’illustrateur de la vie quotidienne. Non seulement nous le verrons fonctionner dans sa boîte, mais, par un système de glaces et de réflecteurs, toutes les figures actives qu’il représentera en photo-chromos pourront être projetées dans nos demeures sur de grands tableaux blancs. Les scènes des ouvrages fictifs et des romans d’aventures seront mimées par des figurants bien costumés et aussitôt reproduites ; nous aurons également, comme complément au journal phonographique, les illustrations de chaque jour, des Tranches de vie active, comme nous disons aujourd’hui, fraîchement découpées dans l’actualité. On verra les pièces nouvelles, le théâtre et les immédiatement inscrites par un ingénieux appareil établi dans le récepteur de l’acoustique. Les cylindres obtenus seront clichés à grand nombre et mis à la poste en petites boîtes avant trois heures du matin, à moins que, par suite d’une entente avec la compagnie des téléphones, l’audition du journal ne puisse être portée à domicile par les fils particuliers des abonnés, ainsi que cela se pratique déjà pour les théâtrophones.
                […] Vous ignorez peut-être la grande découverte de demain, celle qui bientôt nous stupéfiera. Je veux parler du kinétographe de Thomas Edison, dont j’ai pu voir les premiers essais à Orange-Park dans une récente visite faite au grand électricien près de New-Jersey.
                Le kinétographe enregistrera le mouvement de l’homme et le reproduira exactement comme le phonographe enregistre et reproduit sa voix. D’ici cinq ou six ans, vous apprécierez cette merveille basée sur la composition des gestes par la photographie instantanée ; le kinétographe sera donc l’illustrateur de la vie quotidienne. Non seulement nous le verrons fonctionner dans sa boîte, mais, par un système de glaces et de réflecteurs, toutes les figures actives qu’il représentera en photo-chromos pourront être projetées dans nos demeures sur de grands tableaux blancs. Les scènes des ouvrages fictifs et des romans d’aventures seront mimées par des figurants bien costumés et aussitôt reproduites ; nous aurons également, comme complément au journal phonographique, les illustrations de chaque jour, des Tranches de vie active, comme nous disons aujourd’hui, fraîchement découpées dans l’actualité. On verra les pièces nouvelles, le théâtre et les acteurs aussi facilement qu’on les entend déjà chez soi ; on aura le portrait et, mieux encore, la physionomie mouvante des hommes célèbres, des criminels, des jolies femmes ; ce ne sera pas de l’art, il est vrai, mais au moins ce sera la vie elle-même, naturelle, sans maquillage, nette, précise et le plus souvent même cruelle.

Octave Uzanne, Contes pour les bibliophiles (1895)

jueves, 29 de diciembre de 2016

La ballade des camélias

"Roides sur vos tiges de laiton comme les poupées de cire des coiffeurs, vous épanouissez vos lèvres bêtes, vos lèvres carminées ou vos lèvres blanches, à la devanture des marchands de bouquets; idtiotement rangées dans la paille ainsi que des épingles sur une pelote, vous ressemblez à des courtisanes muettes qui ne sauraient ni pleurer ni sourire. Le cold-cream est le terrain où vous vous plaisez et vous n´avez d´autre pollen que la poudre de riz. Vous coûtez cher parce que vous êtes laides et stupides, parce que vous provoquez l´extase des gens de mauvais goût et des petites apprenties de la luxure. Lorsque la nuit tombe, vous devenez bouquets: (...) vous valez deux louis les cinquante et malgré le gaz qui brûle et flétrit votre teint, malgré la bise qui vous mord et vous secoue, vosus vous acheminez lentement vers les promenoirs nocturnes. On ne sait au juste si vous êtes de ce sexe ou de l´autre; après avoir racolé les passants derrière les vitres des magasins, vous allez faire le trottoir aux Folies-Bergère, et vous lancez vos froides oeillades aux hommes qui cherchent des femmes, aux femmes qui cherchent des hommes, aux femmes qui se cherchent entre elles, fleurs maudites, fleurs androgynes, sinistres camélias!

Vous n´avez ni âmes, ni parfums! Les gens riches et les chevaliers d´industrie vous achètent avec dédain; les fgommeux vous clouent à leurs boutonnières, les marchandes-de-plaisirs-messieurs vous épinglent sur leurs corsages vides de passions; les buveuses de stout et de pale-ale vous plantent parmi les végétations chlorotques de leurs chignons jaunes, vous vous faites entremetteurs des tribades et messagers des sodomites; vous aimez la lumière électrique des concerts, et la voix canaille des porteurs de programmes; vous vous étalez sur le ventre pléthorique des vieillards et jusque sur les plates mamelles des ouvreuses blêmes. Partout, dans les bars, au sein des jambonailles roses, dans les vestiaires parmi les défroques pendantes et dans les boutiques de tabac, au milieu des cigares à ceintures dorées, vous ouvrez vos coeurs insensibles et vous offrez vos pétales maladifs.
Lorsque la danseuse prostituée s´avance sur la scène, vous vous abattez autour d´elle et vous laissez traîner vos chemises à jour dans la poussière; vos bouquets innombrables où sont glissés les billets des enchérisseurs viennent choir aux pieds de cette marionnettte qui s´appelle Carmélia comme vous et vous vous laissez meurtrir par ses souliers de satin. Comme des condamnés on vous emporte brutalement dans sa loge et l´on vous jette au milieu des pots de fard et des poudres à farder; et l´on ne sait si ces couleurs ont servi pour elle ou pour vous, tant il semble que vous êtes maquillés vous aussi. Puis, quand sonne l´heure du départ on vous enlève; d´aucuns partent pour être vendus sur le boulevard par des manants, et les autres s´en vont souper avec la dame, au fond des cabinets de velours incarnat.
On vous arrose de champagne; vous êtes pollués par les marennes rocailleuses, et les e´crevisses vienennt caresser vos seins du bout de leurs tenailles immondes; vous roulez avec les piments, les bobêches et les cigarettes éteintes, et lorsque la danseuse va se coucher, cyniquement, vous montez avec elle, fleurs sans âmes, fleurs sans parfums, sinistres camélias.
Comme elle vous êtes rouges, comme elle vous êtes blancs, comme elle vous êtes couperosés, lorsqu´elle est vieille. Elle vous jette sur son lit, sur sa table, sur son fauteuil ou vous laisse mordre par son roquet; vous traînez auprès des divans en compagnie de ses pantoufles, et le monsieur qui vous a payés fait crier insolemment ses bottines pointues sur vos corps frêles.Il promène ses bottines vernies sur vos dentelles, tandis qu´en souriant la danseuse se dévêt devant une glace; le corset s´en va, les jupes s´envolent; elle montre ses seins, elle montre ses jambes, elle montre ses bras; la danseuse est lasse, la danseuse est maussade. Voilà huit jours bientôt que ce monsieur l´accompagne, huit jours qu´elle le ruine, huit jours qu´il l´assomme, huit jours qu´elle se moque de lui. Alors comme elle ne veut pas encore lui donner son corps, il tire de sa poche un petit objet d´ivoire. L´objet fait crac! et l´homme chancelle sur le tapis comme un pantin dont on a coupé la ficelle. Il tombe et fait pouf! La danseuse se met à rire en regardant le sang couler sur le plastron blanc de son adorateur, et ce sang coule sur vos roses de pourpre et son visage devient blafard comme vos tunique sblanches.
Demain on balayera son cadavre avec vos cadavres; salis, fânés, déchiquetés, éteints, vous irez finir dans les ordures de la rue; les chiffoniniers prendront votre papier à dentelle, mais il vous laisseront dans le ruisseau, et vous agoniserz dans la fange, fleurs écloses à l´abri des serres méridionales, fleurs jadis couchées sur la ouate, fleurs sans âmes, sans parfums, fleurs de nuit, fleurs de catins, fleurs de filles, siniestre camélias."

"La ballade des camélias"
George Auriol
Le Chat Noir, 1885