viernes, 22 de marzo de 2013

How big is Kong´s Penis?

http://2.bp.blogspot.com/-eDQnGUZ96MU/UI9ToP5OQXI/AAAAAAAAQ8c/ANsbxVOpMNo/s1600/king-kong-1976-wallpapers_26106_1024x768.png

"In a recent meditation on King Kong and Tarzan of the Apes, I wrote the following: “We want Kong to grow big and approach the blonde maiden with blood-shot, lustful eyes”. There are several interesting problems here. For example, Fay Wray, the blonde maiden, who is to say she is a maiden? (Actually, she is not even blonde). When found by the impresario Carl Denham and taken to a waterfront café, she is alone and starving. She is down on her luck. She has come upon bad times. Denham clearly wants someone with nothing more to lose, and when he sees her there is a flash, or burst, of recognition. The cards, we can say, are pretty heavily stacked against maidenhood. Yet, surprisingly, Fay Way is a maiden, which gives this adventure much of its fairy-tale quality. 
We know this from a scene that is not (and could not be) in the movie but which obviously had to take place. For years the island savages have been giving maidens to Kong. They are not going to break with tradition simply because Fay Wray is white. The whiteness is merely an added spice, or sauce. She must be maiden and white. The scene not included in the movie is that wherein the chief, the elders, and the midwives of the tribe examine a naked Fay Wray gynecologically. As all those black fingers probe and poke Fay Wray, she must be thinking that nothing can be worse than this, just as in the waterfront café she had thought she could sink no lower. How rong she was and is. This limit to her imagination makes Kong´s initial appearance all the more devastating. Kong is literally beyond her wildest imaginings. It is worth noting that Fay´s first vision of Kong is an (arch) typical bride´s first night fantasy of her husband. When Kong appears, Fay Wray is severed forever from the civilization that bred her. The unspeakable has become life.
(…)
A second interesting point in the quotation is the oblique reference to Kong´s penis in the phrase “to grow big”. Exactly how big is Kong´s penis? It is a matter of monumental cultural and psychological interest. And a great mystery: for Kong´s penis is never shown; he is no common monkey in the zoo (Its abscence, of course, is the reason why it is dreamed about so much). It is quite possible that Denham, before he leaves the island with Kong, emasculates him (in another unfilmed episode) to assure his docility later on (An interesting question here is, if this is so, what did the savages do with it or them? There is quite possibly an interesting totemic myth buried here). That might well explain Kong´s interest in the Empire State building later on. 
Realizing that he is without his penis or its generative power (…), and that there is something he cannot do with Fay Wray without it, he seeks to attach another penis to himself. Here his ape brain reveals itself (Question: Does Fay Wray have any inkling og what Kong intends? Probably, though only an inkling. Kong constantly shatters the limits of her nightmares. He plunges her from one insanity into another –but who is to say that heaven itself is not awaiting her within that final, absolute, insanity?) It this is so, we might well accuse Kong of certain immodesty. A penis (even erect) the size of the Empire State Building? But we cannot be sure, for we have never seen it. There is, however, some slight indirect evidence of size. When Kong storms the walls that separate him from the savages, seeking his stolen maiden, with what does he batter them? It is definitely a possibility. But still, not Empire State dimension, not even the upper dome. We can only put that gesture down to a rage beyond all reason.
Which still leaves us with the problem of Kong´s penis. There is, of course, the peculiar behavior of Kong from the beginning. He obviously does not ravish Fay Wray immediately. He is not even sexually curious about her. How are we to explain his earl playfulness with her and his later libidinous determination? (he has not chosen the Empire State idly). The answer, I think, is to be found in his age (…) During his voyage to America he arrives at puberty (…). But now there is no penis or penis power witht which to effect his end (assuming Denham´s butchery, which we need not) is that he very likely has little recollection of his penis and what its varying aspects were (question: Did Kong ever masturbate?).
(…) 
But we need not be equally at sea. A simple scientific approach will give us at least a reasonable working hypothesis. (…) Kong must be about 24 feet tall. Further, we can usually count on a six-foot man having a three-inch inert and six-inch erect penis. Assuming the validity of comparative anatomy, we can say therefore that Kong´s penis would be twelve inches inert and twenty-four inches, or two feet, erect. And this is a startling fact. Because it really doesn´t seem so very big. (…) Possibly it is some horrendous blue or purple, or pointed, or wickedly curved –but even these would have limited shock value. A more experienced woman than Fay might even, momentarily and in spite of herself, entertain the thought of what it would be like. So we are left with this fact: that the penis Kong ought to have is insufficient to cause the terror and anxiety he inspires. Therefore the penis Kong has is the one he ought not to have.
(…)
The entire drama of Kong is not built around his general size or destructiveness but around his relationship with Fay Wray. And the entire point of this relationship is that it is male and female, and that it aspires to the condition of consummation! The only question –and it harbors an anxiety that reaches into the very depth of our civilization- is When? When will Kong´s twenty-four-inch erect penis penetrate the white and virgin (and quivering) body of Fay Wray? And there, of course, we have the solution. It is easily conceivable that in these circumstances some people, perhaps many, would say, “Who cares?” Precisely. Twenty-four inches is not that awe-inspiring. But people say no such thing. It is obvious that Kong must exceed the estimates of comparative anatomy to inspire the universal dread that he does.

Kong´s penis, therefore, is at least six feet inert and twelve feet erect. In a state of sexual excitement it very likely rises over his head. That would certainly explain the battering at the savages´wall and it certainly explains the terror in New York City´s streets (…). And so, in the end, when Kong, haf-crazed by the bullets and frustration s he has experienced, identifies sexually with the Empire State Building, he is not, after all, being inmodest. He has sought only what all true lovers seek, in the only way that he could. He has brought his love to the threshold of his love and valiantly persevered to his last desperate breath. Dazed beyond recall, so near and yet so far, he loosens his grip, his fingers slip. No longer can he guide his newfound power into her. Kong cannot live erect in the New World.”

Kenneth Bernard
"King Kong: A Meditation"

sábado, 16 de marzo de 2013

Papaoutemari

 
PAPAOUTEMARI (à la manière de Pierre Loti)

I
Une plage semée de tortues vertes, de noix coco et de rameaux de corail. Un sable rouge, d’un rouge brun de sang séché. Sur ma tête, une voûte mystérieuse formée par des cholas, des palétuviers, des manguiers, des arbres à pain, des baobabs et des dighuelas. En face, la mer. C’est une mer verte et magnifique, pareille à un miroir bleu, — mais à un miroir qui ne refléterait rien, et dont ne changerait jamais la couleur étincelante et profonde.
L’Amiral-Picard, le sous-marin de haut bord que je commande, est depuis un mois au radoub dans la cale sèche de Toutouasamémé. Me voilà immobilisé en pleine Polynésie, de l’autre côté de la boule terrestre. Et une grande mélancolie amère et puissante me serre le cœur quand je songe que, partout où j’ai vécu, où des femmes m’ont aimé, j’étais partout aux antipodes de quelque chose…
II
Lorsque je ne suis pas retenu à bord par les obligations du service, j’habite près de la grève une case qui a des murs en pandanus et en roseaux. J’ai acheté à un vieux sorcier les quelques meubles qui m’étaient nécessaires. Oh ! bien peu de chose ! Une couchette de jonc, un rideau de plumes de perruches, une calebasse qui me sert pour les ablutions matinales, et une descente de lit en peau de porc-épic. C’est tout.
Là, je me sens chez moi. J’ai adopté le costume indigène, fait de verroteries, de tatouages et de fibres. Il laisse paraître agréablement les lignes harmonieuses de mon corps, et me donne, ma foi, très bon air. Ma demeure est intime et sombre. On n’y pénètre que par un petit trou, pareil à l’entrée d’une ruche d’abeilles, tout au ras du sol.
Quelquefois, à plat ventre, je m’étends là pour regarder la mer, la mer trop bleue, et le rivage étincelant où passent en silence les ombres des gypaètes…
III
Je la revois quand elle marchait sous les cacaouettiers, dans la grande lumière matinale, je revois ma petite amie Papaoutemari.
Je l’ai appelée : Papaoutemari, ce qui veut dire, dans le langage polynésien, Regard de Vierge.
Moins grande que moi, elle me vient à la ceinture. Elle porte les cheveux en brosse, ainsi que les femmes annamites. Je revois ses oreilles de poupée, toujours froides comme celles des chattes, ses lèvres noires, ses mains délicates dont l’intérieur est pâle, la souple ligne de son dos rougi vers le bas, et ses yeux petits, rapprochés, pétillants de malice… Mais comment peindre cette chose enchanteresse, les yeux de Papaoutemari ? Ce n’est pas sans peine que je suis devenu son ami. Jamais, ni pour Rarahu, ni pour Azyadé, ni pour Mme Chrysanthème, il ne m’a fallu tant de diplomatie !
J’ai dû poser devant ma porte une écuelle pleine de lait de bufflonne, des colliers, une montre, une paire de bretelles et un parapluie… Ainsi, j’ai gagné sa confiance. Chère petite Papaoutemari ! où es-tu maintenant, toi dont l’âme ingénue m’a permis de comprendre ce qu’étaient nos premiers ancêtres aux premiers âges du monde ? Peut-être es-tu vieille, peut-être es-tu morte, puisque c’est l’inexorable destin… Mais sans doute d’autres petites Papaoutemari sont nées à leur tour, et, sur la plage où tu gambadais, jouent en ce moment avec les tortues vertes…
IV
Un matin, ma petite amie m’a présenté sa famille, qui est devenue un peu la mienne. Étrange famille éphémère, perdue en plein océan, et que je vais peut-être quitter demain pour toujours…
Ils étaient trois, qui se sont d’abord tenus à l’écart en faisant des gestes. Ils se communiquaient leurs impressions sur moi, sans doute… Mon beau-père a une singulière figure, et semble assez peu vénérable, je dois le reconnaître, malgré sa barbe en éventail pareille à celle que je voyais aux matelots sur mes images d’enfance. Ma belle-mère l’accompagne, une petite vieille ridée et renfrognée, mais qui a les yeux de Papaoutemari… Il y a là aussi mon beau-frère, un enfant…
J’ai dû faire un mouvement trop brusque, car toute la société, soudain, s’effarouche… Mon beau-père bondit sur un palmier et y monte des pieds et des mains, à la mode néo-zélandaise, très vite, comme ayant quelque affaire urgente à terminer là-haut. Ma belle-mère presse contre elle, d’un geste protecteur, Papaoutemari et le petit beau-frère, et me regarde en poussant des cris d’effroi.
Mais on me voit si calme que la paniquc s’évanouit.
Ma nouvelle famille se rapproche ; nous nous asseyons en rond, et je distribue des cacaouettes dont Papaoutemari choisit les plus beaux pour me les éplucher.
Ce fut notre repas de noces.
V
Chaque jour, quand j’arrive, après avoir été relever le point sur l’Amiral-Picard toujours au radoub, je trouve Papaoutemari en train de jouer à un jeu différent.
Elle est coquette, cette petite. La glace que j’emploie pour me raser est, dans son esprit, quelque chose de prodigieux. Elle la prend, se regarde, puis passe vite la main derrière… Personne !… Surprise, irritée, elle vient vers moi, me tire par la manche et me demande des explications dans sa langue qu’aucun missionnaire ne parle sur la surface du globe, et que nul n’a pu m’enseigner.
***
Elle veut s’instruire, et montre pour m’imiter une volonté touchante de perfectionnement. Comme elle a vu cirer mes bottes, elle a essayé l’autre jour de faire briller ses pieds en les frottant avec ma brosse à dents et de la pâte dentifrice. Chère petite Papaoutemari !
***
Elle est si délicieusement puérile, si fantasque ! Hier, à la nuit tombante, n’a-t-elle pas plongé sa main mignonne dans mon grand encrier, et barbouillé toutes les feuilles d’un manuscrit de roman… Chère petite Papaoutemari ! Elle a bien compris que j’étais très en colère et que je faisais la grosse voix. Alors elle est allée se réfugier sur le sommet de la paillote. J’ai dû moi-même grimper là-haut avec des agilités d’acrobate pour la rejoindre ; je l’ai consolée doucement jusqu’à ce qu’elle appuyât sa petite tête sur ma poitrine, et m’entourât le cou de ses bras fluets et tièdes. Ainsi nous nous sommes réconciliés, et couché près d’elle sur les palmes sèches de la toiture, j’ai connu l’orgueil et le délice d’être aimé d’un amour primitif, sous la Croix du Sud, dans l’absolu silence et la paix magnifique d’une nuit équatoriale.
VI
Nous sommes au mois d’août. C’est l’hiver. Il est onze heures du matin, et il fait nuit noire, car sous ces lointaines latitudes l’ordre des saisons et des heures se trouve renversé, et ce n’est pas la moindre cause de ma perpétuelle angoisse que ce retournement des choses naturelles. Vers midi, l’aube est venue, l’aube de mon dernier jour.
Oui, c’est mon dernier jour à Toutouasamémé. Depuis deux mois que je vis ici, séparé des miens par l’épaisseur effroyable de la terre, je me suis endormi dans une existence de rêve et d’oubli. Mais il faut partir. L’ordre est arrivé hier, comme un coup de foudre. L’Amiral-Picard met à la voile dans une heure. Il faut partir.
Quel temps ! il fait sombre et froid. Les nuages semblent traîner sur le sol, et le ciel menace d’un déluge.
Les empaquetages ont commencé.
Dans son instinct de créature primitive, Papaoutemari a prévu ce départ. Ses regards s’attachent sur moi avec une mobilité déconcertante ; elle suit tous mes gestes.
Comme elle me voyait emballer les souvenirs que je voulais emporter, — des madrépores, quelques-uns de ces moucherons irisés qui naissent et dansent une heure au crépuscule, des idoles de porphyre, ma descente de lit, un tronc de baobab, — elle m’a d’abord imité. Elle a essayé de ranger et d’empaqueter. Le mouvement trompait sa douleur. Et puis elle a exigé un souvenir, elle aussi. Elle s’est approchée de moi par derrière, pour recueillir une mèche de mes cheveux. Comme elle ne sait pas se servir des ciseaux, elle a saisi une touffe à pleines mains et s’est mise à tirer… Je n’ai pas eu le courage de lui faire des reproches…
Deux heures. L’alizé souffle avec une violence croissante. Oh ! la tristesse des adieux, par ce temps d’averse et de rafales, par ce froid subit, si imprévu dans la nature tropicale, et qui lui donne un aspect morne et transi…
Tout à l’heure il faudra se dire adieu pour toujours. Et l’éternité va commencer entre nous deux… Ah ! si du moins un enfant issu mon sang pouvait perpétuer ma race sur cette terre perdue…
***
Ma famille a voulu me saluer une dernière fois, et je l’aperçois là-bas, toujours très réservée, très discrète… Je fais un signe et je montre quelques cacaouettes… Mon petit beau-frère galope aussitôt vers moi, suivi de loin par mon beau-père et ma belle-mère. Je m’assieds au milieu de mes parents sauvages, et nous attendons, de cette attente cruelle et désœuvrée qui précède les grands départs. Papaoutemari s’est blottie, suivant son habitude, contre moi. Sans pouvoir parler, elle tremble, et elle m’exprime, par ses yeux si profondément touchants, la détresse de son cœur. Un coup de sifflet m’annonce que la baleinière va venir me prendre. Allons, c’est la fin… Il faut se quitter, avec la certitude de ne plus jamais nous revoir. Ah ! c’est aussi horrible que si nous mourions tous, à ce moment-là, les uns devant les autres…
Mais voici qu’un accident trouble nos adieux. L’équipage du canot se dirige vers moi. Ma famille comprend qu’on vient me prendre. Papaoutemari ramasse un crabe vert, et le jette contre ces méchants. Les siens l’imitent, et mes hommes doivent s’avancer en se garant contre cette fusillade imprévue.
Comme ils savent quelle affection m’unit aux agresseurs, ils n’osent trop rien dire. Pourtant, j’en entends un qui pousse tout bas un gros juron. Mes ballots s’en vont un par un. Il ne reste plus rien de ce qui fut ma maison tant aimée. Un dernier coup d’œil autour de moi, un dernier baiser à Papaoutemari, et je m’embarque.
Tandis que le canot rejoint L’Amiral-Picard, je regarde tristement ceux qui sont restés sur la rive. Mon beau-père seul paraît ému et, pour me dire au revoir, agite sa queue tricolore. Mais ma belle-mère se gratte l’aisselle; Papaoutemari et son frère jouent ensemble, déjà presque consolés. Ainsi, durant ces deux mois de vie comune où nous avons dormi côte à côte, cette petite guenon ne m’a pas compris, et sans doute je ne l’ai pas comprise. Personne n’arrive à se connaître, hélas ! Et il en fut d’elle et de moi comme de tous les êtres qui demeurent étrangers les uns aux autres, et ne sont vraiment unis que le jour où ils se confondent, sous la terre clémente, en une poussière sans nom.

P. Reboux et C. Müller, À la Manière de...

jueves, 14 de marzo de 2013

Bertran and Bimi

Bertran fighting the orang utan Bimi on a hillock, his hands around the gorilla-like ape's neck; the ape clinging onto him and falling backwards with a surprised expression, the lock of black hair falling out of his left hand; another man, Hans Breitmann, below to right, looking back over his right shoulder at the fight; sea and hills in the distance; second state.  1900
Etching and aquatint

The orang-outang in the big iron cage lashed to the sheep-pen began the discussion. The night was stiflingly hot, and as I and Hans Breitmann, the big-beamed German, passed him, dragging our bedding to the fore-peak of the steamer, he roused himself and chattered obscenely. He had been caught somewhere in the Malayan Archipelago, and was going to England to be exhibited at a shilling a head. For four days he had struggled, yelled, and wrenched at the heavy bars of his prison without ceasing, and had nearly slain a lascar, incautious enough to come within reach of the great hairy paw. 
 
‘It would be well for you, mine friend, if you was a liddle seasick,’ said Hans Breitmann, pausing by the cage.’ You haf too much Ego in your Cosmos.’

The orang-outang’s arm slid out negligently from between the bars. No one would have believed that it would make a sudden snakelike rush at the German’s breast. The thin silk of the sleeping-suit tore out; Hans stepped back unconcernedly to pluck a banana from a bunch hanging close to one of the boats.

‘Too much Ego,’ said he, peeling the fruit and offering it to the caged devil, who was rending the silk to tatters.

Then we laid out our bedding in the bows among the sleeping Lascars, to catch any breeze that the pace of the ship might give us. The sea was like smoky oil, except where it turned to fire under our forefoot and whirled back into the dark in smears of dull flame. There was a thunderstorm some miles away; we could see the glimmer of the lightning. The ship’s cow, distressed by the heat and the smell of the ape-beast in the cage, lowed unhappily from time to time in exactly the same key as that in which the look-out man answered the hourly call from the bridge. The trampling tune of the engines was very distinct, and the jarring of the ash-lift, as it was tipped into the sea, hurt the procession of hushed noise. Hans lay down by my side and lighted a good-night cigar. This was naturally the beginning of conversation. He owned a voice as soothing as the wash of the sea, and stores of experiences as vast as the sea itself; for his business in life was to wander up and down the world, collecting orchids and wild beasts and ethnological specimens for German and American dealers. I watched the glowing end of his cigar wax and wane in the gloom, as the sentences rose and fell, till I was nearly asleep. The orang-outang, troubled by some dream of the forests of his freedom, began to yell like a soul in purgatory, and to pluck madly at the bars of the cage.

‘If he was out now dere would not be much of us left hereabout,’ said Hans lazily. ‘He screams goot. See, now, how I shall tame him when he stops himself.’
There was a pause in the outcry, and from Hans’ mouth came an imitation of a snake’s hiss, so perfect that I almost sprang to my feet. The sustained murderous sound ran along the deck, and the wrenching at the bars ceased. The orang-outang was quaking in an ecstasy of pure terror.
‘Dot stopped him,’ said Hans. ‘I learned dot trick in Mogoung Tanjong when I was collecting liddle monkeys for some peoples in Berlin. Efery one in der world is afraid of der monkeys — except der snake. So I blay snake against monkey, and he keep quite still. Dere was too much Ego in his Cosmos. Dot is der soul-custom of monkeys. Are you asleep, or will you listen, and I will tell a dale dot you shall not pelief?’
‘There’s no tale in the wide world that I can’t believe,’ I said.

‘If you haf learned pelief you haf learned somedings. Now I shall try your pelief. Goot! When I was collecting dose liddle monkeys — it was in ‘79 or ‘80, und I was in der islands of der Archipelago — over dere in der dark’— he pointed southward to New Guinea generally —‘Mein Gott! I would sooner collect life red devils than liddle monkeys. When dey do not bite off your thumbs dey are always dying from nostalgia — home-sick — for dey haf der imperfect soul, which is midway arrested in defelopment — und too much Ego. I was dere for nearly a year, und dere I found a man dot was called Bertran. He was a Frenchman, und he was goot man — naturalist to his bone. Dey said he was an escaped convict, but he was naturalist, und dot was enough for me. He would call all der life beasts from der forest, und dey would come. I said he was St. Francis of Assizi in a new dransmigration produced, und he laughed und said he haf never preach to der fishes. He sold dem for tripang — beche-demer.

‘Und dot man, who was king of beasts-tamer men, he had in der house shust such anoder as dot devil-animal in der cage — a great orang-outang dot thought he was a man. He haf found him when he was a child — der orang-outang — und he was child und brother und opera comique all round to Betran. He had his room in dot house — not a cage, but a room — mit a bed und sheets, und he would go to bed und get up in der morning und smoke his cigar und eat his dinner mit Bertran, und walk mit him hand in hand, which was most horrible. Herr Gott! I haf seen dot beast throw himself back in his chair und laugh when Bertran haf made fun of me. He was NOT a beast; he was a man, und he talked to Bertran, und Bertran comprehend, for I have seen dem. Und he was always politeful to me except when I talk too long to Bertran und say nodings at all to him. Den he would pull me away — dis great, dark devil, mit his enormous paws — shust as if I was a child. He was not a beast; he was a man. Dis I saw pefore I know him three months, und Bertran he haf saw the same; and Bimi, der orang-outang, haf understood us both, mit his cigar between his big dog-teeth und der blue gum.

‘I was dere a year, dere und at dere oder islands — somedimes for monkeys und somedimes for butterflies und orchits. One time Bertran says to me dot he will be married, because he haf found a girl dot was goot, und he enquire if this marrying idee was right. I would not say, pecause it was not me dot was going to be married. Den he go off courting der girl — she was a half-caste French girl — very pretty. Haf you got a new light for my cigar? Ouf! Very pretty. Only I say, “Haf you thought of Bimi? If he pull me away when I talk to you, what will he do to your wife? He will pull her in pieces. If I was you, Bertran, I would gif my wife for wedding-present der stuff figure of Bimi.” By dot time I had learned some dings about der monkey peoples. “Shoot him?” says Bertran. “He is your beast,” I said; “if he was mine he would be shot now!”
‘Den I felt at der back of my neck der fingers of Bimi. Mein Gott! I tell you dot he talked through dose fingers. It was der deaf-and-dumb alphabet all gomplete. He slide his hairy arm round my neck, und he tilt up my chin und looked into my face, shust to see if I understood his talk so well as he understood mine.
‘“See now dere!” says Bertran, “und you would shoot him while he is cuddlin’ you? Dot is der Teuton ingrate!”

‘But I knew dot I had made Bimi a life’s-enemy, pecause his fingers haf talk murder through the back of my neck. Next dime I see Bimi dere was a pistol in my belt, und he touched it once, und I open der breech to show him it was loaded. He haf seen der liddle monkeys killed in der woods: he understood.
‘So Bertran he was married, and he forgot clean about Bimi dot was skippin’ alone on der beach mit der half of a human soul in his belly. I was see him skip, und he took a big bough und thrash der sand till he haf made a great hole like a grave. So I says to Bertran, “For any sakes, kill Bimi. He is mad mit der jealousy.”
‘Bertran haf said “He is not mad at all. He haf obey und lofe my wife, und if she speak he will get her slippers,” und he looked at his wife agross der room. She was a very pretty girl.

‘Den I said to him, “Dost dou pretend to know monkeys und dis beast dot is lashing himself mad upon der sands, pecause you do not talk to him? Shoot him when he comes to der house, for he haf der light in his eye dot means killing — und killing.” Bimi come to der house, but dere was no light in his eye. It was all put away, cunning — so cunning — und he fetch der girl her slippers, und Bertran turn to me und say, “Dost dou know him in nine months more dan I haf known him in twelve years? Shall a child stab his fader? I haf fed him, und he was my child. Do not speak this nonsense to my wife or to me any more.”
‘Dot next day Bertran came to my house to help me make some wood cases for der specimens, und he tell me dot he haf left his wife a liddle while mit Bimi in der garden. Den I finish my cases quick, und I say, “Let us go to your houses und get a trink.” He laugh and say, “Come along, dry mans.”

‘His wife was not in der garden, und Bimi did not come when Bertran called. Und his wife did not come when he called, und he knocked at her bedroom door und dot was shut tight — locked. Den he look at me, und his face was white. I broke down der door mit my shoulder, und der thatch of der roof was torn into a great hole, und der sun came in upon der floor. Haf you ever seen paper in der waste-basket, or cards at whist on der table scattered? Dere was no wife dot could be seen. I tell you dere was nodings in dot room dot might be a woman. Dere was stuff on der floor und dot was all. I looked at dese things und I was very sick; but Bertran looked a liddle longer at what was upon the floor und der walls, und der hole in der thatch. Den he pegan to laugh, soft und low, und I knew und thank Gott dot he was mad. He nefer cried, he nefer prayed. He stood all still in der doorway und laugh to himself. Den he said, “She haf locked herself in dis room, and he haf torn up der thatch. Fi donc! Dot is so. We will mend der thatch und wait for Bimi. He will surely come.”

‘I tell you we waited ten days in dot house, after der room was made into a room again, und once or twice we saw Bimi comin’ a liddle way from der woods. He was afraid pecause he haf done wrong. Bertran called him when he was come to look on the tenth day, und Bimi come skipping along der beach und making noises, mit a long piece of black hair in his hands. Den Bertran laugh and say, “Fi donc!” shust as if it was a glass broken upon der table; und Bimi come nearer, und Bertran was honey-sweet in his voice und laughed to himself. For three days he made love to Bimi, pecause Bimi would not let himself be touched. Den Bimi come to dinner at der same table mit us, und the hair on his hands was all black und thick mit-mit what had dried on der hands. Bertran gave him sangaree till Bimi was drunk and stupid, und den ——’
Hans paused to puff at his cigar.

‘And then?’ said I.

‘Und den Bertran he kill him mit his hands, und I go for a walk upon der beach. It was Bertran’s own piziness. When I come back der ape he was dead, und Bertran he was dying abofe him; but still he laughed liddle und low und he was quite content. Now you know der formula of der strength of der orang-outang — it is more as seven to one in relation to man. But Bertran, he haf killed Bimi mit sooch dings as Gott gif him. Dot was der miracle.’

The infernal clamour in the cage recommenced. ‘Aha! Dot friend of ours haf still too much Ego in his Cosmos. Be quiet, dou!’

Hans hissed long and venomously. We could hear the great beast quaking in his cage.
‘But why in the world didn’t you help Bertran instead of letting him be killed?’ I asked.
‘My friend,’ said Hans, composedly stretching himself to slumber, ‘it was not nice even to mineself dot I should live after I haf seen dot room mit der hole in der thatch. Und Bertran, he was her husband. Goot-night, und — sleep well.’


R. Kipling Life´s Handicap

martes, 5 de marzo de 2013

Le Garamante




« Parmi les personnes curieuses de monstres, la plus curieuse qu'on eût jamais connue fut certainement Marcia Antonina Priscilla, la propre nièce du dernier César~ qui tenait de lui ce goût des monstres et qui l'avait poussé jusqu'à la fureur. Son palais ressemblait au marché célèbre qu'on appelle le marché des prodiges de la nature, où des marchands, venus de tous les points du monde, exhibent et vendent les plus étranges difformités de l'espèce humaine, soit que le caprice de la procréation les ait produites, soit qu'on les
ait obtenues par les patients et cruels artifices d'une éducation pétrissant les chairs comme de l'argile. C'est ainsi qu'on vit chez Priscilla des nains, des géants, des avortons, des hermaphrodites, des femmes à barbe, des gibbeux à double et triple bosse, des hommes-squelettes, des enfants à tête de veau, une femme-chienne, un couple d'êtres sans bras ni jambes, une jeune fille à queue de poisson, une autre à la peau de panthère, et enfin le fameux disloqué Mimmulas, dont le corps absolument dénué d'os, ou du moins
paraissant tel, se roulait, se déroulait, se nouait et se dénouait à la façon d'un serpent. 

Mais tous ces monstres, et même Mimmulas, qui avait longtemps été le favori de Priscilla, jusqu'à partager sa couche, tous furent éclipsés par Grunnax le Garamante. C'est le Phénicien Medherbal qui avait ramené le Garamante d'un voyage dans la Libye inconnue, voyage extraordinairement périlleux, puisqu'il avait traversé toute l'Afrique en large, des sources du Nil aux rivages de l'Océan extérieur. Et vraiment on ne pouvait que l'envier d'avoir afronté tant de dangers pour rapporter de son voyage une si rare et admirable merveille.

Grunnax le Garamante avait huit pieds de haut, et le plus grand géant de Priscilla lui venait à peine au menton. Son ventre était lourd et trop gros ses jambes étaient trop courtes et en cerceaux violemment arqués;  ses bras d émesurément longs faisaient  presque traîner à terre ses mains énormes.  Mais il paraissait d'une force si au-dessus des  forces humaines, ses gestes avaient une si puissante détente de catapulte, son visage respirait une telle férocité, qu'il en était beau, malgré sa peau toute noire entièrement couverte d'un poil rude et fauve, malgré les cavernes que faisait ses yeux l'effrayante proéminence de ses arcades sourcilières, et
malgré ses mâchoires prognathes, armées, à l'avant, de quatre dents qui croisaient deux à deux leurs coniques et redoutables poignards d'ivoire.

(…)Medherbal l'avait amené chez Priscilla  dans une cage dont les barreaux de fer avaient un pouce de diamètre; car le Garamante pouvait tordre dans ses poings jusqu'aux épieux de bronze des belluaires. Quand on s'approchait de sa cage, il grinçait des dents,roulait ses yeux terribles, poussait des cris aigus pareils à des appels de clairon, et se frappait la poitrine de ses mains avec un bruit qui faisait penser aux rugissements du
tonnerre.

Et cependant, à la vue de Priscilla, brusquement il s'adoucit, allongea vers elle ses lèvres comme pour un baiser, et se mit à parler en un langage susurrant et volubiïe a la fois, si bien que l'on eût dit un chant d'oiseau. Sans doute avait-il été tout de suite séduit par la grâce et la beauté de Priscilla, dont le charme, en effet, savait dompter tout le monde autour d'elle, jusqu'aux bêtes, disait-on, puisqu'elle passait pour avoir été aimée par un tigre.

Mais ce qu'il y eut de plus étonnant, c'est que Priscilla, elle aussi, fut séduite. Et bientôt ce ne fut plus un secret, pour ses intimes, que cet amour mutuel. Tout à fait dompté et la domptant à son tour, Grunnax le Garamantc devint son amant. Comme il demeurait formidable et dangereux pour les autres, elle continua de le tenir en cage; mais la cage désormais était une somptueuse chambre, lambrissée d'or, où elle vivait avec lui, heureuse de ses monstrueuses caresses, si heureuse qu'un jour enfin elle déclara vouloir le prendre pour époux.

Or c'est ici qu'éclate l'hostilité des dieux, jaloux de la gloire romaine. Ils savaient, eux, ui était Grunnax le Garamante, et quel destin lui était réservé s'il fût devenu l'époux de Priscilla, et ce qui devait arriver un mois plus tard, quand les prétoriens soulevés voulurent donner l'empire à celui que leur désignerait Priscilla, dont toute la légion était amoureuse. Les dieux, connaissant cet avenir, s'opposèrent a ce qu'il fût réalisé. Foudroyé d'une maladie soudaine et mystérieuse, en deux jours Grunnax le Garamante mourut.

Qu'il eût vécu un mois de plus, et c'est lui certainement que Priscilla eût désigné au choix des prétoriens, et c'est lui qui eût obtenu l'empire, et voila ce qui eût mis le comble à la gloire romaine, ce qui eût définitivement et triomphalement affirmé notre primauté en tout, jusque dans l'infamie. Car la pourpre des Césars a déjà, certes, été magnifiée par bien des monstres dans tous les genres, depuis la plus sanguinaire cruauté
jusque la plus immonde crapule; mais jamais encore elle n'avait connu l'incomparable lustre d'être portée par un monstre pareil, par un monstre aussi digne d'incarner toute notre bestiale grandeur, puisque Grunnax le Garamante n'était pas même un Libyen, puisque Medherbal, en mourant, a révélé le secret de son mensonge, puisque Priscilla voulait faire de Grunnax son époux, puisque cet époux serait devenu notre empereur, et
puisque cet empereur, héritier monstrueux des plus monstrueux Césars, cet empereur commandant au monde entier, cet empereur presque égal aux dieux de son vivant, cet empereur que son trépas devait un jour apothéoser, puisque cet empereur, enfin, eût été un singe ».

Jean Richepin, Contes de la Décadence romaine

domingo, 3 de marzo de 2013

La Singesse

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/3/3c/DianaMonkey_Darwin.jpg/220px-DianaMonkey_Darwin.jpg

La Singesse


Donc voici! Moi, Poète, en ma haute sagesse

respuant l’Eve à qui le Père succomba

j’ai choisi pour l’aimer une jeune singesse

au pays noir dans la forêt de Mayummba

Fille des mandrills verts, ô guenuche d’Afrique,

je te proclame ici la reine et la Vénus

quadrumane, et je bous d’une hardeur hystérique

pour les callosités qui bordent ton anus.

C’était dans la forêt vierge, sous les tropiques

où s’ouvre en évantail le palmier chamœrops ;

dans le soir alangui d’effluves priapiques

stridait, rauque, le cri des nyctalomerops ;

l’heure glissait, nocturne, où gazelles, girafes,

couaggas, éléphants, zèbres, zébus, springbocks,

vont boire aux zihouas sans verre ni carafes

laissant l’homme pervers s’intoxiquer de bocks ;

sous les cactus en feu tout droits comme des cierges

des lianes rampaient (nullement de Pougy) ;

autant que la forêt ma singesse était vierge ;

de son sang virginal l’humus était rougi.

Le premier j’écartai ses lèvres de pucelle

en un rut triomphal, oublieux de Malthus,

et des parfums salés montaient de son aisselle

et des parfums pleuvaient des larysacanthus.

Elle se redressa, fière de sa blessure,

à demi souriante et confuse à demi ;

le rugisssement fou de notre jouissure

arrachait au repos le chacal endormi.

Sept fois je la repris, lascive ; son oeil jaune

clignotait langoureux, tour à tour, et mutin ;

la Dryade, amoureuse, au bras du jeune Faune

a moins d’amour en fleurs et d’esprit libertin !

Toi, fille des humains, triste poupée humaine

au ventre plein de son, tondeuse de Samson,

Dalila, Bovary, Marneffe ou Célimène,

contemple mon épouse et retiens sa leçon :

mon épouse est loyale et très chaste et soumise,

et j’adore la voir aux matins ingénus,

le cœur sans artifice et le corps sans chemise,

au soleil tropical montrer ses charmes nus ;

elle sait me choisir ignames et goyaves ;

lorsque nous cheminons par les sentiers étroits,

ses mains aux doigts velus écartent les agaves,

tel un page attentif marchant devant les rois,

puis dans ma chevelure oublieuse du peigne

avec précaution elle cherche les poux,

satisfaite pourvu que d’un sourire daigne

la payer, une fois, le Seigneur et l’Epoux.

Si quelque souvenir de douleur morte amasse

des rides sur mon front que l’ennui foudroya,

pour divertir son maître elle fait la grimace

grotesque et fantastique à délecter Goya !

Un étrange rictus tord sa narine bleue,

elle se gratte d’un geste obscène et joli

la fesse puis s’accroche aux branches par la queue

en bondissant, Footitt, Littl-Tich, Hanlon-Lee !

Mais soudain la voilà très grave ! Sa mimique

me dicte et je sais lire en ses regards profonds

des vocables muets au sens métaphysique

je comprends son langage et nous philosophons :

elle croit en un Dieu par qui le soleil brille,

qui créa l’univers pour le bon chimpanzé

puis dont le Fils-Unique, un jour, s’est fait gorille

pour ravir le pécheur à l’enfer embrasé !

Simiesque Iaveh de la forêt immense,

ô Zeus omnipotent de l’Animalité,

fais germer en ses flancs et croître ma semence,

ouvre son utérus à la maternité

car je veux voir issus de sa vulve féconde

nos enfants libérés d’atavismes humains,

aux obroontchoas que la serpe n’émonde

jamais, en grimaçant grimper à quatre mains !…

Et dans l’espoir sacré d’une progéniture

sans lois, sans préjugés, sans rêves décevants,

nous offrons notre amour à la grande Nature,

fiers comme les palmiers, libres comme les vents !!!

Georges Fourest

sábado, 2 de marzo de 2013

Terribles conséquences de la vivisection

HEINE, Thomas Theodor, Schreckliche Folgen der Vivisektion, bande dessinée, Simplicissimus, 1902

"Un professeur allemand ès sciences naturelles trouve le sang de l´orang-outang similaire à celui de l´homme, le croisement de ces deux races animales est donc possible. Pour le prouver il prend une orang-outane pour femme à Bornéo. Le voici père d´un enfant humain, doué de tous les talents. Mais ô malheur l´ancêtre revit dans sa petite-fille, l´animal n´a fait que sauter une génération. Conclusion quadruple: la mère en perd la raison, le père se suicide, l´orang-outant se retrouve au zoo et le professeur devant son bureau: il rédige un ouvrage sur l´atavisme qui fait date. La science a tout à gagner des croisements contre-nature!"
(Evanghélia Stead, Le monstre, le singe et le fétus: tératogonie et Décadence dans l'Europe fin de siècle)

Consul

 




C'était à un souper de centième, il y a quelques mois. On sait trop ce que sont ces sortes de fêtes, c'est toujours le plus beau souper du monde. C'était donc à une de ces somptueuses assemblées de talents parisiens et de notoriétés de tous pays. Il y avait à celui-là les plus jolies femmes de Paris, celles du théâtre et celles d'ailleurs, les diva et les divettes, les comédiennes et les théâtreuses, les gloires et les demi-gloires, et les quarts de gloire aussi; les réputations consacrées et les étoiles de demain, les talents arrivés à l'ancienneté et ceux imposés par les subventions du riche bâilleur de fonds ou l'engouement un peu badaud qui est un des traits distinctifs de Paris ; et, pêle-mêle avec les diamants des belles épaules épanouies et et les Lère-Cathelin des maigreurs acides de débutantes, excités et surexcités au frôlement de tant de gazes et de moires, de tant de maquillages et de fards, tout ce que le feuilleton dramatique possède de chauves et de demi-chauves, de glabres et de barbus, d'étiques et de bedonnants. Il y avait donc là toutes les myopies, toutes les lunettes, tous les lorgnons, tous les sourires pincés des jeunes maîtres, toutes les lippes bienveillantes des vieux oncles et, avec l'élite du boulevard, nos plus tragiques jeunes premiers, nos plus sémillants comiques, nos plus brillants jeunes directeurs et nos plus solides actionnaires, et c'était, comme l'a écrit un des critiques du Temps, « l'esprit et la beauté de toute une civilisation réunis à un souper, d'une splendeur telle, que ne connurent certainement pas ni Aspasie ni Cléopâtre » (sic).
Eh bien ! on ne devinera jamais ce que ces hommes spirituels avaient imaginé pour amuser toutes ces belles personnes du théâtre et des arts. Il y avait alors dans un music-hall, parmi tant d'exhibitions, un pauvre petit chimpanzé, qui opérait entre dix heures et demie et onze heures. Il n'était même pas adulte, il n'avait pas quatre ans, mais il devait grandir, le malheureux petit singe, dont on avait rasé soigneusement les oreilles et le menton pour accentuer une attristante ressemblance humaine, n'était même pas dressé, mais il était, en vérité, merveilleusement intelligent. Affublé d'un habit noir et d'un pantalon de soirée, chemisé comme un clubman et cravaté de blanc, il arrivait à s'asseoir à table, à se servir d'une fourchette et à boire dans un verre, comme un enfants très mal élevé, puis il fumait un cigare de l'air ennuyé des phoque, jongleurs et fumeurs des fêtes foraines, marchait tout à coup à quatre pattes (la nature ayant repris le dessus), faisait quelques tours en vélocipède et, triomphe final, se déshabillait en scène et mettait alors en joie toutes les femmes par l'apparition de cuisses plus velues que celles d'un homme ordinaire, entre la blancheur des pans de chemise et la soie rose du caleçon.
C'était en somme un spectacle assez lamentable. Le public y prenait pourtant un certain plaisir : j'estime que chacun y trouvait une ressemblance arec un parent ou un créancier. « Tiens, c'est mon huissier ! » s'écriait couramment la petite dame saisie l'avant-veille. Jean Hiroux, lui, reconnaissait, et non sans motif, la face du président d'assises qui l'avait condamné jadis ; la magistrature possède, en effet, une laideur plutôt simiesque; et les familles, qu'avait déshéritées un oncle d'Amérique, voulaient lui trouver les traits d'un vieux commodore. Pour moi, j'avoue que Consul me rappelait surtout un très gros collectionneur du commerce parisien, il m'en rappelait même deux, que dis-je ? trois, tant le physique des vieux messieurs s'achemine diversement vers une laideur unique.
Pauvre Consul !
Le croirait-on ? Pour amuser et faire sourire toutes ces folies femmes de talent, de luxe, de joyaux et de soies, ces messieurs ne trouvèrent rien de mieux que de leur amener ce singe.
Consul, piloté par son barnum, prit donc place à une table entre deux charmantes soupeuses, nullement effarouchées, d'ailleurs, de quelques privautés, plutôt lasses, qu'il se permit à leur endroit. On a dit de Consul qu'il n'aimait pas les femmes, la vérité est qu'il ne les aimait pas encore. Consul n'était pas adulte, il n'était encore que fraternel pour la belle moitié du genre humain ; la misogynie est un degré de sagesse et de civilisation que n'atteignent pas sitôt les chimpanzés, même dressés par un « manager » de Londres.

Consul se montra donc plus qu'indifférent. Affalé sur la table, le nez dans son assiette, tel un viveur surmené, il se contenta de boire dans le verre de ses voisines et, d'un geste accablé, de leur caresser quelques fois le menton.
L'oeil inattentif et sournois, il parut s'ennuyer sérieusement a cette fête. Uniquement préoccupé des fruits d'un compotier posé devant lui, il fuma, machinal et excédé de bruit et de mouvement ; bref, il se montra dédaigneux et grossier d'attitude, en cela parfaitement pareil à quelques Yankees milliardaires tel que l'omnipotent capital les fait tous, pour l'édification des foules ; méprisant, familier et méfiant.
Par contre, son succès fut énormes son mépris affiché de forban enthousiasma les hommes et les femmes, les femmes surtout. Elles retrouvèrent là toutes avec plus de nature, le cynisme insolent des amants. « J'en ai connu de plus laids ! » déclara même l'une d'elles, vengeant ainsi, d'un mot, les sinistres corvées de l'alcôve. Jusqu'à la minute où, saoul comme un véritable prince, le pauvre chimpanzé s'étendit sur la table (un homme véritable eût roulé, lui, dessous) et, recroquevillé sur lui-même les mains jointes et les genoux rapprochés, apparut comme un misérable petit enfant malade oublié par une fille sur la table d'un restaurant de nuit, il eut autour de lui un cercle énamouré, on l'aurait presque dit, de belles bouches fardées, de sourires frais et d'épaules savoureuses. Il fut le « clou » de la soirée et un clou si solidement fiché que la table d'honneur et fut soudain déserte.
Cette table, qui était présidée par les deux plus spirituels auteurs de comédie de l'année... cette table pharamineuse entre toutes par la qualité de ses convives et la beauté de ses soupeuses, cessa immédiatement d'être le point de mire de tous. Ce fut à la table de Consul qu'alla et resta l'attention captivée : le succès fut déplacé, il y eut virement dans l'opinion. L'orgueil de quelques cabotins en souffrit.
Que trouvait-on donc à ce singe et qu'avait-il d'extraordinaire ?
– Mais la précision dans le geste ! répondit à un tragédien un caricaturiste plus expert que tout autre à discerner le vrai du faux et le naturel du convenu. Consul a cela de merveilleux qu'il ne fait pas un mouvement inutile ; il économise sa force et, chaque fois qu'il peut, la remplace par de la souplesse : c'est la grande école de la Mimique. Ne vous y trompez pas, ce singe est une leçon mieux, il est un livre.
– Que tous les comédiens devraient consulter, n'est-ce pas ? goguenarda un jeune comique.
– Peut-être. Regardez-le bien, il a les gestes de Guitry.
Et, les rosseries commençant, les obscénités éclatèrent.
– Tu ne trouves pas qu'il ressemble à mon dernier amant ? s'esclaffa la blanche Trois-Etoiles, qui ne croyait pas si bien dire.
A quoi, X. Y... se vissant son monocle dans l'oeil et enveloppant d'un regard circulaire toutes les nuques, les blondes et les brunes, penchées sur Consul :
– Avec laquelle va-t-il partir ?
Et de rire d'un rire bien boulevardier sur cette goujaterie.
Les soupers de centième sont des événements si essentiellement parisiens !
Quand la curiosité de chacune fut bien satisfaite et que toutes les gloires eurent assez contemplé ce singe saoul, le barnum s'approcha du pauvre petit être écroule sur la nappe, le réveilla en lui touchant l'épaule, et Consul, avec des yeux d'effroi pour toute cette foule amusée, jeta ses petits bras velus autour du cou de son manager et se blottit dans sa poitrine, comme un enfant qui eût retrouvé sa mère.
Et ce fut le départ de Consul.
– Consul mais allez donc le voir chez lui, Hôtel Continental, chambre 22. C'est un véritable personnage. Il a sa chambre à lui, comme un riche étranger. Avec votre carte de journaliste, on vous recevra ; mais téléphonez, si vous voulez le trouver. La fois que j'y fus, moi, il était au Bois. Il y va tous les jours de deux à cinq.
– Non !
– Comme je vous le dis, mon cher, c'est a pouffer. Au bureau de l'hôtel, c'était une trôlée de fournisseurs : le chapelier de M. Consul; le chemisier de M. Consul le huit-reflets du chimpanzé, la dernière commande du ouistiti.
– Mais c'est odieux et ridicule !
– Non, c'est très américain. Ah ces gens-là comprennent la réclame.
– Savez-vous la dernière de son manager ?
– Dites.
– Je l'ai croisé, hier, sur le boulevard ; je m'informai de son pensionnaire.
– Consul, m'était-il répondu, Consul est un peu fatigué, il reçoit un peu trop de visites, ce sont des interviews du matin au soir; j'ai dû éliminer, faire un choix ; nous attendons demain Mme de Thèbes, qui veut lui lire les lignes de la main.
Et, sur la foi des traités, j'allais voir Consul.
Je me cassai le nez au Continental, Consul était déménagé.
Je le trouvai installé dans un hôtel de la rue de Trévise, presque en face des Folies-Bergère. Là, je dénichai l'homme du jour dans une chambre du troisième, tenant à la fois de la ménagerie et du campement bohémien.
Consul à mon arrivée, dormait dans une sorte de malle grillée, qui lui servait de cage en voyage. On l'en fit sortir pour me le présenter.
Il y avait aussi dans la chambre, un petit nègre et un chien ; le nègre était attaché au service du chimpanzé ; le chien lui servait de jouet et de soufre-douleur. Avec quels yeux d'épouvante effarée ce quadrupède regardait ce quadrumane ! Il fallait voir Consul torturer et pincer et houspiller ce chien c'était pis que de la cruauté d'enfant, c'était de la cruauté de singe. Quant au petit nègre, son domestique, Consul partageait à son égard l'opinion des blancs vis-à-vis de la race noire : il ne le commandait que le fouet à la main. Ce singe traitait ce nègre en esclave ; Consul était presque digne d'être un homme.
Le manager, Consul le nègre et le chien cohabitaient dans cette même chambre, tous les quatre : sur une lampe à esprit de vin mijotait et chantait, léchée par la flamme, une potion pour Consul, qui toussait un peu.
Consul avait les bronches délicates ; cet enfant des tropiques redoutait notre climat. Irait-il à Nice, cet hiver ? Il en était question. Son manager préférait les Baléares. je songeais vaguement à Consul pour une reprise sensationnelle de la Dame aux Camélias ; il aurait, certes, lui, des gestes attendrissants de poitrinaire.
Pour me convaincre des talents de son pensionnaire, le barnum, qui m'avait trouvé froid, tendit à l'animal une feuille de papier blanc, qu'il avait froissée avant au préalable ; il faut vous dire que Consul chez lui, était vêtu d'un pyjama jaune à carreaux rouges et verts du plus pur américanisme. Ainsi vêtu, il avait l'air d'un minstrel.
Consul s'empara du feuillet de papier, nous tourna le dos, se passa la feuille au bas des reins, et puis, délicatement, la rendit d'un geste noble à son cher manager et ce geste m'apparut sublime.
Il résumait, dans une attitude, l'état d'âme de Consul vis-a-vis des foules qui l'admiraient.
Et je fus pénétré de vénération.
Consul mourut dans le courant de l'année de la phtisie gagnée dans nos climats et quelque peu développée par les londrès. les soupers de centième et les exhibitions dans les endroits de plaisir et les pires milieux, bars à la mode, boudoirs cotés et music-halls. Pauvre Consul ! Des courriéristes bien parisiens comparèrent sa fin précoce à celle de Max Lebaudy.
Quand ils ont tant d'esprit les enfants vivent peu. Pauvre Consul !


Jean LORRAIN Le Crime des Riches (1905)
(Nos lecteurs auront reconnu la scène de notre précédent billet http://freaklit.blogspot.ca/2013/03/le-palais-des-singes.html
tiré de René Schwaeblé, . Les détraquées de Paris, Etude de moeurs contemporaines .. Nouvelle Edition, Daragon libraire-.diteur, 1910
s´agit-il d´un simple plagiat ou bien le "Consul" en question créa-t-il à son passage une micro-légende dans ce Paris "détraqué" de la Belle Époque?) 

Le Palais des Singes



A Marly-le-Roi, tout le monde connaît le Palais des Singes ..
Le  Palais  des  Singes ?  mais  oui !  ou,  si  vous  préférez,  la  villa  X***,  une  des  plus  coquettes et l’une des mieux situées à  l’entrée de la forêt. La villa X*** appartient  à Mme C…, une des intimes de notre amie Mme Lucy X*** ; dans le  parc de sa  villa,  Mme  C…  a  fait  installer  une  magnifique  serre ;  dans  cette  serre,  une  immense cage, et, dans cette cage, elle a introduit quantité de singes ; Mme C… prend elle-même soin de ses pensionnaires, leur donne à manger et  à boire,  les  lave,  les  peigne,  les dorlotte,  les  laisse monter sur  ses genoux, sur  ses  épaules, les caresse, les embrasse.
J’ai oublié de dire que, parmi ces singes, il n’y a point de guenons. Et, si j’ajoutais  que ces animaux reçoivent une nourriture fortement épicée, vous les  plaindriez,  probablement.
Vous n’auriez pas tort !
Je les plains aussi depuis que j’ai été invité à certaine garden-party chez Mme C…
Le goûter était servi dans le Palais des Singes .. Parmi les plantes extraordinaires  et  les  fleurs  phénoménales,  des  jeunes  femmes,  aux  robes  claires,  allaient  et  venaient, riant aux éclats, babillant, potinant joyeusement.
Dans la  cage,  les  singes  s’agitaient furieusement, montant, descendant, sautant,  courant ;  leurs  yeux  brillaient  d’une  étrange  flamme,  leur  corps  tremblait,  leurs  doigts se crispaient.
– Est-ce la vue, demandai-je . Mme C…, des friandises étalées sur ces tables qui  les excite ainsi ? Ou bien, l’heure de leur repas approche-t-elle ?
– Ce  n’est  vraiment  pas  la  peine,  cher  monsieur,  de  fréquenter chez  les détraquées  depuis  aussi  longtemps  que  vous  le  faites  pour  poser  de  pareilles questions ! Vous demandez ce qui excite mes singes ? Suivez-moi, vous allez voir.
Mme C…  appela  l’une  de  ses  amies,  et  toutes  deux  se  plantèrent  le  long  de  la  cage.  En  un  clin  d’oeil,  les  bêtes  se  massèrent  devant  elles,  se  bousculant effroyablement, se battant sauvagement, chacune voulant la place la plus proche des femmes : en vérité, elles semblaient furieuses, affolées, se déchiraient à coups d’ongles, faisaient entendre de bizarres cris de rage.
– Vous demandez ce qui les excite ? répéta la maîtresse de maison. Regardez !Les  jeunes  femmes  dégrafèrent  leur  chemisette  et  l’enlevèrent,  leur  buste émergea,  magnifiquement  blanc,  des  dentelles  de  la  chemise  et  du  corset,  les seins dardèrent leurs pointes brunes, cependant que les bras, se posant derrière la tête, découvraient les aisselles.
Dans la cage, d’abord, c’avait été un moment de stupeur, l’émotion avait paralysé  les  singes.  Bientôt,  la  fureur  avait  redoublé  de  violence,  était  devenue  terrible, presque  effrayante :  empoignant les  barreaux,  ils  essayaient  de  les  arracher,  les tiraient, s’affolaient de plus en plus.
Les jeunes femmes se tordaient de rire. Toutes s’étaient rapprochées, examinant avidement le désespoir amoureux des bêtes.
Puis, elles imitèrent Mme C… et son amie, enlevèrent leurs chemisettes. De tous côtés, vers la cage, des seins se dressèrent fièrement !
Les pauvres bêtes s’élanaient au hasard, espérant, sans doute, trouver une issue.
Elles faisaient pitié.
– Ouvrez-leur, implorai-je.
– Ah bien ! ce serait du propre !
La femme, décidément, sait atteindre le dernier degré de la cruauté ! Les invitées, maintenant,  faisaient  de  l’oeil  aux  singes.  Mais  oui !  en  leur  honneur,  elles allumaient  le  regard,  montraient  deux  rangées  de  dents  étincelantes  de blancheur, entre lesquelles passait le petit bout rose de la langue, elles dansaient gracieusement,  ondulaient,  prenaient  les  poses  les  plus  suggestives,  exhibaient, parmi des nuages de batiste, une jambe délicieusement moulée en un bas de soie noire transparente !
Et les jupes tombèrent. Et les jupons ! et les corsets !
Mme C… apparut nue !
– Comprenez-vous, s’exclama-t-elle, ce qui excite mes singes !
– Avouez donc que c’est un prêt. pour un rendu, qu’ils vous excitent aussi !


  Je  continuerai  mes  histoires  de  singes  par  le  récit  d’un  souper  auquel  je  fus  invité il y a quelques mois.
Le souper eut lieu dans un des grands restaurants de l’avenue de l’Opéra.
Les convives étaient : côté des dames, une demi-mondaine qui se montrait alors à l’Olympia ; une autre demi-mondaine, bien connue au pavillon d’Armenonville, et qui  sera peut-être  bientôt princesse… en Autriche ;  miss W… qui, chaque matin,  au  Bois,  monte  de  si  beaux  chevaux ;  Mme  C…,  la  propriétaire  du  Palais  des  Singes,  et une  autre détraquée, la femme aux bêtes ., dont je  reparlerai ; côté des  hommes,  un  littérateur,  original  et  affectant  des  moeurs  étranges, appartenant  à  un  grand  quotidien  du  matin ;  Consul  III, l’illustre  singe  qui, récemment, révolutionna Paris ; son barnum, et votre serviteur.
Les femmes étaient en robe décolletée ; les hommes, y compris Consul, en habit.
D’abord, le souper s’annonça a assez triste : nous ne nous connaissions pas tous, il fallait  rompre  la  glace.  Et  puis,  les  regards  se  portaient  vers  le héros  de  la  fête, chacun l’observait curieusement. Lui, nullement gêné., mangeait fort galamment, imitant  ponctuellement  les  gestes  de  son  maître,  plus  préoccupé de  ne  point gâter  la  somptueuse  ordonnance  du  couvert  que  de  s’attarder  aux  coups  d’oeil des détraquées.
Au  reste,  Consul  ne  se  méprenait  certainement  pas  à la  flatteuse  curiosité  de l’entourage :  de  temps  en  temps,  il  se  mirait  complaisamment  dans  la  glace servant  de  chemin  de  table,  et  ne  paraissait  point  se  trouver  dans  ce  cadre luxueux,  parmi  ces femmes endiamantées,  cette  argenterie magnifique,  ce  linge enrubanné, cette table fleurie.
Cependant, il n’avait pas l’air d’avoir envie de marcher .. En vain, ses voisines, enhardies, lui donnaient-elles de leurs mains blanches quelque friandise,  frôlant au  passage  son  poignet  velu ;  en  vain,  un  bras  nu  se  levait-il  derrière  la  tête, d.couvrant l’aisselle, sous prétexte de remettre à sa place une mêche folle de la nuque, Consul demeurait impassible.
– Autant un homme ! fit l’une. Il est aussi vanné !
Nos détraquées ne faisaient pas leurs frais. Avec un singe, ce doit être vexant !
Mais,  elles  ne  se  tenaient  pas  encore  pour  battues,  bien  que  les  hommes  leur  répétassent sur tous les tons :
– Consul n’a pas envie de marcher !
Une  .paulette  se  dénoua,  une  épaule  apparut  suavement  ronde.  Une  autre épaulette glissa, un sein se montra, timide, d’abord, puis, orgueilleux. Bientôt, l’on vit  un  autre  sein,  deux  autres  seins,  trois  autres  seins  qui  se  penchèrent  vers  Consul,  lequel,  avec  la  gravité  d’un  sénateur,  les  regarda,  et  se  remit  à manger, indifférent.
– Puisqu’on vous dit qu’il n’a pas envie de marcher !
– Marchera !
– Marchera pas !
Mme  C…  proposera  de  lui  donner  un  peu  de  champagne.  A  quoi  le  barnum  s’opposa  énergiquement.  Voyez-vous,  le  lendemain,  au  moment  d’entrer  en  scène, Consul saoul, saoul comme une simple chanteuse d’Opéra-Comique ?
Alors, Mme C…, héroïque, et, peut-être aussi profondément vexée, s’approcha du singe, passa ses doigts effilés dans la chevelure de la bête, avança sa gorge nue.
Consul, hélas ! refusa encore de marcher ! Il bâilla, il avait envie de dormir !
– Il ne marchera pas !
- Eh ! m… pour lui ! s’exclama, drôlement, avec son accent anglais, mis W…

René Schwaeblé, . Les détraquées de Paris, Etude de moeurs contemporaines .. Nouvelle Edition, Daragon libraire-.diteur, 1910