domingo, 8 de marzo de 2015

Les deux outils


"Damis, d' une dame galante
Sollicitait le coeur, ou plutôt les faveurs;
Mais elle, réservant à d´autres ses douceurs,
Répondait mal à son attente.
Attentions, soins assidus,
Présents même étaient perdus.
Damis comprit que sa figure
Faisait qu´il était mal venu.
Nez camus, jambe frêle et corps de mince allure,
Disaient assez qu´en lui tout était trop menu.
Or ce qui n´avait pas assez de consistance,
De la dame blessait le goût;
Le seul aspect poussait à bout
Sa naturelle répugnance.

-Eh bien! dit-il, puisqu´il le faut,
Grossissons les objets, corrigeons la nature,
J´aurai recours à la sculpture,
Qui mettra les yeux en défaut,
En me prêtantn son impusture.

Dans sa tête un projet n´entrait point vainement;
Et l´ivoire bientôt d´un engin mâle, énorme,
Sous la main du sculpteur prit la taille et la forme.
Muni de ce bel instrument,
Au détour d´une rue il guette le moment
Qu´il plût à la belel de mettre
Ses deux beaux yeux à la fenêtre.
Il eut bientôt contentement,
Car toute femme aime à paraître.
Lors contre le mur voisin se porte promptement,
Comme tout homme fait pour vider son urètre,
Il fit montrer malignement
De l´outil imposteur et traître,
Qui creusé par l´artiste, accordait librement
Passage au liquide élément.


Quelle femme à ce trait ne se serait méprise?
Aussi la belle, en souriant,
Jeta sur ce morceau friand
Des yeux ardents de convoitise.
Damis fut appelé soudain,
Et sans perdre le temps en vain,
Elle ouvrit la porte cochère,
Comptant de recevoir en plein
Un géant; mais, hélas! elle reçut un nain.
-Qu´est-ce que ceci? dit-elle, en colère,
Qu´avez-vous fait de cet engin,
Que vous teniez dans votre main?

-Ah, Madame! dit-il, apprenez à connaître:
J´ai deux outils, l´un pour pisser:
C´est celui que vos yeux ont vu de la fenêtre;
Et l´autre me sert... pour ce qu´on peut penser:
C´est celui maintenant que vous sentez peut-être."

Antoine Sabatier de Castres


No hay comentarios:

Publicar un comentario en la entrada