lunes, 17 de mayo de 2010

Palpitation



"Il y avait un homme dont le pénis était pris de palpitation ; cela semblait être le même phénomène que celui qui arrive quelquefois aux lèvres, aux paupières, aux mains, aux pieds et aux doigts. Les médecins ont trouvé qu'on peut tirer beaucoup de signes pronostics de ce qui arrive dans ce phénomène. Il est probable que la palpitation a une valeur séméiologique plus grande, quand elle survient dans l'état de plénitude, que lorsque le corps s'est refroidi; elle indique, en effet, un affaiblissement de la perspiration normale; il est donc naturel qu'elle précède la misanthropie, la paraplégie, la mélancolie. Dans les fièvres aiguës, la palpitation, soit de l'hypocondre, soit dès muscles, soit des nerfs, présage du délire ; ce n'est pas non plus un signe favorable que l'orifice de l'estomac ou l'utérus soient pris de palpitation; en effet, quand c'est l'orifice de l'estomac, les malades sont sujets à des défaillances, à des angoisses inexprimables; quand c'est l'utérus, les femmes sont tourmentées par des accès d'hystérie; il est également funeste que le cœur, en dehors de son mouvement naturel, soit pris de palpitation, sans qu'il y ait eu crainte, frayeur subite ou colère, et que la palpitation se mêle au pouls pour les artères; car ces phénomènes indiquent quelque chose de mauvais. Du reste, je décrirai ailleurs toutes les espèces de palpitations, leur origine et leur signification par rapport au pronostic; quant à mon homme, son pénis était pris d'un battement continuel et violent, qui était surtout prononcé à la couronne du gland, partie la plus musculeuse de tout le membre viril; la palpitation était accompagnée de souffrances ; il en résultait une excitation aux plaisirs vénériens et l'érection du pénis ; quand la maladie s'étendait, elle envahissait le pénis, comme si cet organe se gonflait; la douleur se répandait aussi jusqu'à la racine du pénis et au périnée. Il était également pénible à cet individu de se livrer au coït et de s'en abstenir : en effet, le coït le rendait très licencieux, et l'abstention excitait en lui des passions déshonnêtes, surtout si, de plus, [il gardait la continence?] pendant un long temps .....

— On constate que le sperme des personnes affectées de satyriasis et de gonorrhée est abondant. Comment donc le sperme arrive-t-il des testicules au pénis? car il me semble que c'est là aussi ce qui embarrassait Hétophile. Une petite veine (veine spermatique), partant de la veine creuse (veine cave), une artère (artère spermatique, voyez notes), partant de l'artère épaisse (aorte), s'implantent sur le testicule; ces vaisseaux, après leur origine, et s'étant un peu éloignés des lombes, descendent à travers le péritoine vers le testicule; un troisième vaisseau creux (canaux déférents), qui n'est ni une artère, ni une veine, car il ne bat pas et ne contient point de sang, commence à l'extrémité du testicule, lui est accolé dans toute sa longueur en se courbant, remonte jusqu'à un certain point à côté de l’artère et de la veine; puis, passant par-dessus, il se tourne vers le périnée, du côté de la racine du pénis, et s'implante sur le canal de l'urètre, là où s'attachent les parastates (prostates). Aussi ce vaisseau me paraît transporter le sperme qui vient des testicules, et être un vaisseau spermatique ; (mais il ne convient pas de l'appeler crémaster, car les testicules ne sont pas suspendus à lui plus qu'à la veine ou à l'artère) ; il se rattache donc, jusqu'à un certain point, au sujet qui nous occupe; en effet, on le coupe en même temps que le testicule, et il est très exposé au spasme; si donc, pendant une opération, le chirurgien, dans la crainte d'une hémorragie, lie ce vaisseau par défaut d'attention, il y a danger que le malade ne meure au milieu des convulsions; aussi n'est-il pas invraisemblable que ce vaisseau contribue à l'érection du pénis, et qu'il joue un grand rôle dans l'acte de la copulation, puisque, dans les sensations causées par les plaisirs de l'amour, il y a quelque chose, qui tient de la paralysie ou du spasme. On ne comprend pas du tout comment les parastates pourraient produire cet effet, car ces parties ne sont en aucune façon nerveuses; elles sont, au contraire, d'une substance épaisse, charnue, blanchâtre; il est bien plus convenable de faire dépendre d'une partie qui peut, du reste, entraîner le tétanos, ces phénomènes de paralysie ou de spasme...


Rufus d'Ephèse

No hay comentarios:

Publicar un comentario en la entrada