martes, 4 de mayo de 2010

Amitié




AMITIE



Mon ami le plus cher ne m'a pas appelé
Bâtard, faussaire, escroc ni proxénète infâme.
Comme je suis très pauvre, il ne m'a pas volé ;
Comme je suis garçon, il n'a pas pris ma femme.



Il ne m'a pas poussé dans un puits ; il n'a pas
Mêlé de l'arsenic dans mon vin. Magnanime :
Il eût pu métoutfer entre deux matelas, —
La peur des tribunaux l'a préservé du crime.



Même il a hasardé la générosité.

Le brave homme, jusqu'à ne pas prendre pour cible

Mon crâne ou pour fourreau ma gorge. Sois sensible



A cette hyperbolique et burlesque bonté,

O mon cœur ; dans l'oubli noyons l'irréparable,

Et sous un lourd pardon broyons ce misérable.



I. GILKIN

No hay comentarios:

Publicar un comentario en la entrada