miércoles, 5 de mayo de 2010

Plus que naine




"Une naine plus que naine

Ces jours passez vint à mourir

(Sans que rien la put secourir),

Une mignonne incomparable.

Qui passoit pour choze admirable.

Qui l'on alloit voir tour à tour

Et que jadis (mesme) à la Cour

On ne voyoit qu'avec merveille

Personne enfin de grand renom.

Étoit-ce une baronne? Non.

Une marquize, une duchesse,

Une comtesse ou vicomtesse?

Elle n'éloit rien de cela.

Que diable étoit celle-là?

C'étoit (ô fortune cruelle !)

La naine de Mademoizelle,

Dont le très-chétif petit corps

Est maintenant au rang des morts.

Jamais près de Roi ny de Prince

On ne vid de naine si mince.

Quand une puce la mordoit

Et qu'icelle se défendoit,

La puce, pour finir la guerre,

La metoit aizément par terre,

Et la moindre haleine du vent

La laizoit tomber bien souvent.

Enfin elle étoit si petite

(Quoy qu'aucunement favorite)

Que dans un petit balancier

De cuivre, d'airain ou d'acier,

Étant par plaizir un jour mise

Avec robe, jupe et chemize

Et de plus sa coiffure encor

Tout ne pezoit qu'un louis d'or.

Or, en faveur de la princesse

Qui fut son illustre maîtresse

J'ai fait ce huitain, laid ou beau

Pour être mis sur son tombeau :

« Dans cette fosse souterraine

Git une naine plus que naine;

Mais j'ay tort de parler ainsi :

Elle n'est plus gizante icy.

Ce tombeau rien d'elle n'enserre,

Car deux très-petits vers de terre

En firent un maigre repas

Le propre jour de son trépas. »

LORET

No hay comentarios:

Publicar un comentario en la entrada