jueves, 30 de junio de 2011

Le miracle de Théophile





THEOPHILES.

Ahi ! ahi ! Diex, rois de gloire, Tant vous ai éu en memoire, Tout ai doné et despendu, Et tout ai aus povres tendu, Ne m'est remez vaillant un sac. Bien m'a dit li evesque: «Eschac,» Et m'a rendu maté en l'angle; Sanz avoir m'a lessié tout sangle. Or m'estuet-il morir de fain, Se je n'envoi ma robe au pain. Et ma mesnie, que fera? Ne sai se Diex les pestera. Diex? oïl? qu'en a-il à fere? En autre lieu les covient trere, Ou il me fet l'oreille sorde, Qu'il n'a cure de ma falorde; Et je li referai la moe. Honiz soit qui de lui se loe! N'est riens con por avoir ne face; Ne pris riens Dieu ne sa manace. Irai me je noier ou pendre? Je ne m'en puis pas à Dieu prendre, C'on ne puet à lui avenir. Ha! qui or le porroit tenir Et bien batre à la retornée Moult auroit fet bone journée; Mès il s'est en si haut leu mis, Por eschiver ses anemis, C'on n'i puet trere ne lancier. Se or pooie à lui tancier Et combattre et escremir, La char li feroie fremir. Or est là sus en son solaz; Laz! chetis! et je sui ès laz De Povreté et de Soufrete. Or est bien ma viele frete, Or dira l'en que je rasote: De ce sera mès la riote. Je n'oserai nului veoir, Entre gent ne devrai seoir; Que l'en m'i mousterroit au doi. Or ne sai-je que fere doi. Or m'a bien Diex servi de guile.

(Ici vient Theophiles à Salatin, qui parloit au deable quant il voloit.)

[SALATINS.]

Qu'est-ce? Qu'avez-vous, Theophile? Por le grant Dé! quel mautalent Vous a fet estre si dolent? Vous soliiez si joiant estre.

THEOPHILE parole.

C'on m'apeloit seignor et mestre De cest païs, ce sez-tu bien; Or ne me lesse-on nule rien. S'en sui plus dolenz, Salatin, Quar en françois ne en latin Ne finai onques de proier Celui c'or me veut asproier, Et qui me fet lessier si monde Qu'il ne m'est remez riens el monde. Or n'est nule chose si fiere Ne de si diverse maniere Que volenters ne la féisse Par tel qu'à m'onor revenisse. Li perdres m'est honte et domage.

Ici parole SALATINS.

Biau sire, vous dites que sages; Quar qui a apris la richece Molt i a dolor et destrece Quant l'en chiet en autrui dangier Por son boivre et por son mengier: Trop i covient gros mos oïr.

THEOPHILES.

C'est ce qui me fet esbahir. Salatin, biaus très douz amis, Quant en autrui dangier sui mis, Por pou que li cuers ne m'en crieve.

SALATINS.

Je sai or bien que moult vous grieve, Et moult en estes entrepris Comme hom qui est de si grant pris; Moult en estes mas et penssis.

THEOPHILES.

Salatin frere, or est ensis. Se tu riens pooies savoir Par qoi je péusse ravoir M'onor, ma baillie et ma grace, Il n'est chose que je n'en face.

SALATINS

Voudriiez-vous Dieu renoier, Celui que tant solez proier, Toz ses sainz et toutes ses saintes? Et si devenissiez, mains jointes, Hom à celui qui ce feroit Qui vostre honor vous renderoit: Et plus honorez seriiez, S'à lui servir demoriiez, C'onques jor ne péustes estre? Creez-moi, lessiez vostre mestre: Qu'en avez-vous entalenté?

THEOPHILES.

J'en ai trop bone volonté: Tout ton plesir ferai briefment.

SALATINS.

Alez-vous-en séurement. Maugrez qu'il en puissent avoir, Vous ferai vostre honor ravoir. Revenez demain au matin.

THEOPHILES.

Volentiers, frere Salatin. Cil Diex que tu croiz et aeures Te gart, s'en ce propos demeure!

(Or se depart Theophiles de Salatin, et si pensse que trop a grant chose en Dieu renoier, et dist:)

THEOPHILES.

Ha, laz! que porrai devenir? Bien me doit li cors dessenir Quant il m'estuet à ce venir.
Que ferai, las!
Se je reni saint Nicholas Et saint Jehan et saint Thomas
Et Nostre-Dame,
Que fera ma chetive d'ame? Ele sera arse en la flame
D'enfer le noir.
Là la covendra remanoir: Ci aura trop hideus manoir,
Ce n'est pas fable.
En cele flambe pardurable N'i a nule gent amiable; Ainçois son mal, qu'il sont deable:
C'est lor nature;
Et lor mesons r'est si obscure C'on n'i verra jà soleil luire, Ains est uns puis toz plains d'ordure.
Là irai-gié.
Bien me seront li dé changié, Quant por ce que j'aurai mengié, M'aura Diex issi estrangié
De sa meson,
Et ci aura bone reson. Si esbahiz ne fu mès hom
Com je sui, voir.
Or dit qu'il me fera ravoir Et ma richece et mon avoir, Jà nus n'en porra riens savoir:
Je le ferai.
Diex m'a grevé, je l' greverai; Jamès jor ne le servirai,
Je li ennui;
Riches serai, se povres sui; Se il me het, je harrai lui:
Preingne ses erres,
Ou il face movoir ses guerres. Tout a en main et ciel et terres:
Je li claim cuite,
Se Saladins tout ce m'acuite
Qu'il m'a pramis.
(Ici parole Salatins au Deable et dist:)

Uns crestiens s'est sor moi mis, Et je m'en sui moult entremis; Quar tu n'es pas mes anemis,
Os-tu, Sathanz?
Demain vendra, se tu l'atans; Je li ai promis .iiij. tans:
Aten-le don;
Qu'il a esté moult grant preudon: Por ce si a plus riche don. Met-li ta richece à bandon.
Ne m'os-tu pas?
Je te ferai plus que le pas
Venir, je cuit;
Et si vendras encore anuit, Quar ta demorée me nuit;
G'i ai beé.
(Ci conjure Salatins le deable.)

Bagahi laca bachahé, Lamac cahi achabahé,
Karrelyos.
Lamac lamec bachalyos, Cabahagi sabalyos,
Baryolas.
Lagozatha cabyolas, Samahac et famyolas,
Harrahya.

(Or vient li deables qui est conjuré, et dist:)

Tu as bien dit ce qu'il i a. Cil qui t'aprist riens n'oublia. Moult me travailles!

SALATINS.

Qu'il n'est pas droiz que tu me failles Ne que tu encontre moi ailles,
Quant je t'apel.
Je te faz bien suer ta pel. Veus-tu oïr .i. geu novel?
.J. clerc avons.
De tel gaing com nous savons Souventes foiz nous en grevons
Por nostre afere.
Que loez-vous du clerc à fere Qui se voudra jà vers çà trere?

LI DEABLES.
Comment a non?

SALATINS.
Theophiles, par son droit non. Moult a esté de grant renon
En ceste terre.

LI DEABLES.
J'ai toz jors éu à lui guerre, C'onques jor ne le poi conquerre. Puis qu'il se veut à nous offerre,
Viengne en cel val,
Sanz compaignie et sanz cheval; N'i aura gueres de travail:
C'est près de ci.
Moult aurai bien de lui merci, Sathan et li autre nerci;
Mès n'apiaut mie
Jhesu, le fil sainte Marie: Ne li ferions point d'aïe.
De ci m'en vois.
Or soiez vers moi plus cortois, Ne ne traveillier mès des mois
(Va, Salatin)
Ne en hebrieu ne en latin.
( Or revient Theophiles à Salatin:)
Or sui-je venuz trop matin?
As tu riens fet?

SALATINS.

Je t'ai basti si bien ton plet, Quanques tes sires t'a mesfet
T'amendera,
Et plus forment t'onorera Et plus grant seignor te fera
C'onques ne fus.
Tu n'es or pas si du refus Com tu seras encor du plus.
Ne t'esmaier;
Va là aval sanz delaier. Ne t'i covient pas Dieu proier
Ne reclamer,
Se tu veus ta besoingne amer: Tu l'as trop trové à amer,
Qu'il t'a failli.
Mauvesement as or sailli; Bien t'éust ore mal bailli,
Se ne t'aidaisse.
Va-t'en, que il t'atendent; passe
Grant aléure.
De Dieu reclamer n'aies cure.

THEOPHILES.

Je m'en vois. Diex ne m'i puet nuire
Ne riens aidier,
Ne je ne puis à lui plaidier.

(Ici va Theophiles au deable, si a trop grant paor; et li deables li dist:)

Venez avant, passez grant pas; Gardez que ne resamblez pas Vilain qui va à offerande. Que vous veut ne que vous demande Vostre sires? Il est moult fiers!

THEOPHILES.

Voire, sire. Il fu chanceliers, Si me cuide chacier pain querre: Or vous vieng proier et requerre Que vous m'aidiez à cest besoing.

LI DEABLES.

Requiers m'en-tu?

THEOPHILES.
Oïl.

LI DEABLES.
Or joing
Tes mains, et si devien mes hom: Je t'aiderai outre reson.

THEOPHILES.
Vez ci que je vous faz hommage; Mès que je r'aie mon domage, Biaus sire, dès or en avant.

LI DEABLES.
Et je te refaz .i. couvant, Que te ferai si grant seignor C'on ne te vit onques greignor; Et puis que ainsinques avient, Saches de voir qu'il te covient De toi aie lettres pendanz, Bien dites et bien entendanz; Quar maintes genz m'en ont sorpris Por ce que lor lettres n'en pris: Por ce les vueil avoir bien dites.

THEOPHILES.
Vez-les ci, je les ai escrites.

(Or baille Theophiles les lettres au deable, et li deables li commande à ouvrer ainsi:)

Theophile, biaus douz amis, Puis que tu t'es en mes mains mis, Je te dirai que tu feras: Jamès povre homme n'ameras; Se povres hom sorpris te proie, Torne l'oreille, va ta voie. S'aucuns envers toi s'umelie, Respon orgueil et felonie. Se povres demande à ta porte, Si garde qu'aumosne n'en porte. Douçor, humilitez, pitiez, Et charitez et amistiez, Jeune fere, penitance Me metent grant duel en la pance. Aumosne fere et Dieu proier, Ce me repuet trop anoier. Dieu amer et chastement vivre, Lors me samble serpent et guivre Me menjue le cuer el ventre Quant l'en en la meson-Dieu entre Por regarder aucun malade, Lors ai le cuer si mort et fade Qu'il m'est avis que point n'en sente: Cil qui fet bien si me tormente. Va-t'en, tu seras seneschaus. Lai les biens et si fai les maus. Ne juger jà bien en ta vie, Que tu feroies grant folie Et si feroies contre moi.

THEOPHILES.

Je ferai ce que fere doi. Bien est droiz vostre plesir face, Puis que j'en doi r'avoir ma grace.

Rutebeuf
Le Miracle de Théophile

No hay comentarios:

Publicar un comentario en la entrada